Mise sous tutelle du diocèse de Quimper-Léon

Download PDF

Louis-Benoît Greffe a publié un article décrivant la grande misère des diocèses de France :

d“Une nouvelle fait jaser dans le landerneau breton : la mise sous tutelle du diocèse de Quimper-Léon, pris dans une tourmente financière et dans d’importantes tensions internes. C’est l’archevêché de Rennes qui se charge désormais de ses actes économiques et officiels. Le diocèse de Quimper est le premier diocèse de Bretagne à être dans cette situation. Mais en France, de nombreux autres diocèses sont dans le rouge, et certains d’entre eux sont sous tutelle, une dizaine environ, selon des estimations divergentes. Où en est la grande misère des diocèses de France, pourquoi et quelles sont les perspectives ?

Parmi les diocèses les plus en difficulté, on trouve ceux de Cahors, de Mende et de Moulins. La baisse du denier du culte donne aussi des inquiétudes aux diocèses de Tarbes-Lourdes, d’Ajaccio, d’Evry et de Rouen.Enfin, les diocèses de Dijon, de Belley-Ars (Ain) et de Montpellier ont aussi des déficits préoccupants, le dernier a échappé de peu à la faillite il y a six ans ; en 2003 son déficit annuel s’élevait à 1.4 millions d’euros et a été en partie résorbé depuis; il ne s’élève plus qu’à 120.000 euros en 2012, contre 600.000 en 2011.

Les raisons sont nombreuses : parmi celles-ci, le déclin du denier du culte – dont le montant augmente légèrement mais le nombre de donateurs baisse et vieillit – mais aussi de la pratique, des vocations sacerdotales, le vieillissement des prêtres… On peut aussi citer les grands travaux réalisés par les diocèses ces dernières années – construction de maisons diocésaines, réaménagement des cathédrales… sans prendre en compte le déclin durable des recettes. Enfin, pour suppléer au manque de prêtres – payés entre 11.000 et 13.000 euros par an (par exemple 855 euros/mois dans le diocèse d’Aix ou 1025 euros/mois net dans celui de Nice) – les diocèses embauchent des laïcs, souvent chargés de famille, et qu’il faut payer au moins au SMIC. Ce qui aggrave le déficit. La gestion de certains évêchés complique aussi la situation. Ainsi, un diocèse du centre de la France a embauché un économe venu de Paris. La « pointure » gagne 75.000 euros par an. De quoi faire jaser dans ce diocèse sous tutelle et au bord de la faillite.
 
En France, les 95 diocèses sont financièrement autonomes, sauf les diocèses de Strasbourg et de Metz qui dépendent du régime concordataire. Leurs ressources sont gérées par les services économiques des évêques, qui disposent théoriquement d’importantes marges de manoeuvre, et par les paroisses. Sauf dans le domaine de l’immobilier, où les diocèses sont juridiquement propriétaires des bâtiments construits depuis le 9 décembre 1905 (date de la loi de la séparation des Églises et de l’État), mais pas des autres, souvent propriété des mairies. Les ressources viennent principalement du denier de l’église et des legs que seule l’association diocésaine peut recevoir, mais aussi des intérêts bancaires et autres loyers. Les paroisses bénéficient des quêtes, des kermesses, de la vente de cierges et autres produits dérivés (médailles, cartes postales, saintes images…) et du casuel, une offrande conseillée pour les sacrements ; elles doivent reverser une part de ces ressources au diocèse.
 
Les difficultés des diocèses ne sont pas anodines. Elles trouvent leur racine dans l’effondrement général de la spiritualité et de la Foi en France. Avec un taux de moins de 8% de pratiquants – moins de 3% dans le centre et le sud-ouest – la grande misère de l’Eglise de France ne peut plus être cachée. Extinction des congrégations, fermeture ou regroupement des séminaires, églises qui ne voient plus une messe de l’année… pour les mêmes raisons, les évêques français n’envoient plus à Rome des prêtres français devenus rares. Dans quelques années, il n’y aura plus un français à la Curie. L’Eglise en France est par ailleurs de moins en moins ancrée dans l’identité nationale, ce qui encourage encore plus la crise des vocations. Malgré la portée symbolique de « l’église au milieu du village » et l’importance de l’histoire ecclésiastique pour de très nombreuses localités françaises, la religion catholique est de moins en moins un vecteur d’enracinement identitaire; ce sont des valeurs révolutionnaires ou républicaines qui ont pris sa place, comme la laïcité.  Même dans des régions traditionnellement catholiques telles la Bretagne et la Lozère, le déclin de l’importance de l’Eglise se fait sentir. […]

En février 2011, nos confrères du Mensuel de Rennes avaient soulevé le voile sur le financement du diocèse rennais. On apprend dans leur article que le diocèse disposait en 2009 d’un budget moyen de 13 millions d’euros, sur lequel il salarie 400 prêtres. Le fort maillage des paroisses – encore 86, qui regroupent souvent plusieurs églises – et la très bonne implantation de l’enseignement catholique diocésain limitent les conséquences de la baisse de la pratique et des vocations et permettent au diocèse d’avoir en réserve une année de fonctionnement. Soit plusieurs millions d’euros. Des marges de manoeuvre que beaucoup de diocèses aimeraient avoir. Cependant, les perspectives ne sont pas encourageantes : si le centre-ville rennais arrive encore à faire le plein, les paroisses rurales s’effondrent et la moitié des prêtres du diocèse a passé la barre des 75 ans.
 
Certains diocèses et certaines paroisses – ou communes – essaient de trouver des solutions en bradant les bijoux de famille, malgré les importants tabous et l’émotion de leurs fidèles. Une vingtaine d’églises et d’abbayes sont ainsi à vendre, dix-huit d’entre elles sont listées par l’OPR (Observatoire du Patrimoine religieux). L’archevêché de Bordeaux a vendu ainsi deux églises du XXe à Talence et Bordeaux, ainsi que deux bâtiments, afin de construire pour 1.5 millions d’euros une nouvelle église dans un éco-quartier en développement ; les deux églises vendues pour 650.000 et 500.000 euros respectivement seront transformées en logements. Dans l’Aisne enfin le diocèse se sépare de trois églises, dont Sainte-Thérése d’Hirson, qui a été amputée au préalable de son clocher en mauvais état. Cependant, ces ressources restent exceptionnelles et s’appuyer dessus n’est pas sain au niveau financier. Mais ces diocèses en ont-ils le choix ?
 
A Moulins, le diocèse a fait en 2012 la lumière sur ses difficultés budgétaires : selon ce rapport présenté en mai 2012 à la Conférence des Evêques de France (CEF), seulement 2,2% de la population de l’Allier (soit 7 500 personnes) a participé aux plus de 90 messes célébrées à travers le département le premier week-end d’octobre 2011, lorsque a été réalisée l’enquête. Plus de la moitié des fidèles a plus de 60 ans. Selon le diocèse, si aucune économie structurelle n’est faite – ni aucun effort pour rajeunir les fidèles – d’ici trois ans le budget annuel diocésain de 4 millions d’euros devra être réduit de 500.000 euros. En 2013, suite au cri d’alarme de l’évêque, les dons ont été au rendez-vous, permettant le retour d’un équilibre financier. Pour longtemps?
 
La situation n’est guère plus reluisante au diocèse de Cahors où les prêtres résidant au sanctuaire de Rocamadour ont été déployés ailleurs. Plusieurs bâtiments sont aussi à vendre dont, selon Riposte Catholique, « le petit séminaire de Gourdon, une partie de l’évêché de Cahors, de même que la Maison des oeuvres, immense et vénérable couvent bâti par le Bienheureux Alain de Solminihac pour les Chanoines réguliers de Chancelade, et qui a longtemps servi de grand séminaire ». Finalement le diocèse a changé d’avis mais pas de sens : désaffection prévue de l’église Saint-Urcisse de Cahors (XIIe), transmise à la mairie pour qu’elle en fasse un musée, cession à l’euro symbolique d’une aile de la maison des oeuvres au conseil général, cession du musée d’art sacré de Rocamadour, abandon de deux presbytères… le tout à prix symbolique pour diverses collectivités territoriales. Ce qui ne devrait pas améliorer la situation du diocèse.
 
A Mende, la situation en Lozère en fait un « diocèse en sursis » : 75.000 habitants dont 60.000 théoriquement catholiques, mais seulement quelques milliers de pratiquants pour l’essentiel très âgés regroupés sur 5 ( !) paroisses qui chacune ont plusieurs dizaines d’églises à leur actif ; ces cinq paroisses ont chacune trois prêtres au moins. Autrement dit beaucoup d’entre elles ne voient plus une messe de l’année. Une situation catastrophique pour un diocèse qui a connu plus de 20 ordinations de prêtre par an au XIXe et qui fournissait des prêtres aux diocèses qui en manquaient. Forgée dans la douloureuse histoire des Cévennes, la foi catholique a longtemps eu pour bastions les Causses, l’Aubrac et la Margeride. Avant que la Grande guerre, l’exode rural et le vieillissement ne transforment la Lozère en désert et ne fassent de ses églises de tristes cimetières.

Dans le diocèse de Limoges, l’évêché est fortement soupçonné – par les parents d’élèves concernés tout au moins – d’avoir hâté la fin du collège-lycée catholique de Guéret, le dernier du département (qui dépend aussi du diocèse de Limoges) pour pouvoir vendre rapidement terrains et bâtiments ; c’est que le diocèse a 500.000 euros de déficit et a perdu 40% de ses donateurs en dix ans. Parmi les diocèses dans le rouge, on trouve celui de Bourges, qui couvre aussi l’Indre voisine : 645.000 euros de déficit. Le diocèse de Poitiers traîne 1 million d’euros de déficit structurel depuis deux ans et se sépare peu à peu de ses biens immobiliers; celui de Luçon (Vendée) est en déficit aussi malgré des legs importants. Le diocèse de Besançon victime d’un déficit structurel de 500.000 euros a décidé de fermer en 2013 l’hôtellerie-restauration d’un de ses sanctuaires et licencier six personnes. Dans l’Yonne (Sens), 900.000 euros de déficit annuel compensé par la vente petit à petit de l’imposant patrimoine immobilier. Dans le diocèse de Gap, 800.000 euros de déficit annuel. Dans le diocèse de Pontoise, les comptes 2012-2013, disponiblesà tous en ligne – c’est si rare ! – présentent un déficit d’exploitation de près de 3 millions d’euros, même si le diocèse se rééquilibre par les legs et les ventes immobilières. Les trois diocèses lorrains non concordataires, Verdun, Nancyet Saint-Dié, traînent eux aussi des déficits chroniques. Quant à l’archevêché de Rouen, il en est à un tel point de déficit qu’il a fait vendre des saintes reliques (ce qui est interdit tant par le droit canon que le code civil) ainsi que des objets d’art sacré qui les contenaient.
  
Au-delà de la situation financière des diocèses, le problème plus général, celui qui condamne nombre de diocèses à moyen terme est le manque de prêtres. Ils étaient 50.000 en 1970, 25 203 en 1990,  13 822 en 2011 et ils seront 6000 en 2020. Environ 130 prêtres sont ordonnés chaque année – mais huit fois plus quittent le sacerdoce pour cause de vieillesse ou de décès. Beaucoup de séminaires ont d’ailleurs fermé ou se sont regroupés avec d’autres; plusieurs ont été reconvertis; celui de Viviers est un centre d’accueil pour groupes et la maison diocésaine. Ses communs (photo ci-contre) sont à l’abandon depuis une quarantaine d’années. Jadis, des prêtres vivaient dans ses chambrettes spartiates.
 
Les diocèses s’organisent comme ils le peuvent, renonçant à nommer des curés à des charges lourdes ou administratives. La situation paraît encore plus compliquée dans certains départements. Dans le diocèse de Mende, il n’y a que 35 prêtres en activité dont 5 de moins de 60 ans. Dans le diocèse d’Evreux, pour 600.000 habitants il n’y a que 48 prêtres actifs dont la moitié a moins de 60 ans. Dans celui de Langres, chacun des 50 prêtres incardinés à 50 clochers et trois ou quatre aumôneries sur les bras. À Saint-Dié, où 153 prêtres sont incardinés, c’est-à-dire canoniquement attachés à ce diocèse, on compte 109 prêtres de plus de 75 ans. Arras, qui revendique 258 prêtres incardinés, doit aussi assumer 170 prêtres de plus de 75 ans. Dans le diocèse de Poitiers, sur 180 prêtres, 115 ont plus de 75 ans. Enfin en Creuse (diocèse de Limoges) il y a onze prêtres dont 7 en activités pour six paroisses très étendues.
 
En banlieue parisienne, il y a un prêtre pour 20.000 habitants dans le diocèse de Saint-Denis. Dans l’Essonne, pour 700.000 baptisés dont 50.000 pratiquent, il n’y a que 42 prêtresincardinés renforcés par 29 prêtres venus d’autres diocèses et de 12 religieux. Dans le diocèse de Chartres en 2012, il y a 23 paroisses, 70 prêtres en activité, 38 de moins de 75 ans, dont 20 du diocèse et 18 qui sont soit d’une congrégation, soit des prêtres étrangers assurant un service pastoral tout en étant étudiants dans le diocèse.
 
Certains diocèses ont fait le choix d’ordonner beaucoup de diacres permanents, des laïcs qui peuvent consacrer, et qui dépassent parfois le nombre de prêtres jeunes : ainsi, à Châlons-en-Champagne, il y a 19 diacres pour 8 prêtres de moins de 65 ans ou à Évreux qui compte 25 diacres, et seulement 22 prêtres de moins de 65 ans. C’est ainsi que l’on prépare une Eglise sans prêtres. D’autres diocèses font appel aux religieux ; ainsi à Fréjus-Toulon on compte 285 prêtres au service du diocèse en 2010, dont 97 religieux ; ils sont 24 sur 149 prêtres à Avignon.

Pourtant, malgré la déchéance de l’Eglise de France, les tensions internes autour de la liturgie et de l’implication de l’Eglise dans le monde, et le champ de ruines laissé dans les terroirs et les âmes, il y a toujours des vocations et toujours des prêtres. Les manifestations contre la loi Taubira ont montré aussi qu’il y avait toujours des catholiques prêts à se lever et qu’ils étaient des centaines de milliers. Parmi les principaux lieux où germent les vocations se trouvent : les familles, les paroisses, le scoutisme, mais aussi des communautés nouvelles, comme Taizé ou l’Emmanuel. Ainsi que celles qui se réclament de la Tradition – c’est-à-dire de la messe tridentine. Partout en France, les paroisses tridentines emplissent leurs églises et suscitent des vocations ; les écoles qu’elles parviennent à créer complètent le maillage de l’enseignement catholique et celui, moins explicite, des établissements qui s’opposent résolument à l’enseignement de la théorie du genre. En 2007, le pape Benoît XVI réinscrit le rite tridentin dans le cadre normal de la liturgie (Motu Proprio) ce qui permet sa généralisation dans nombre de diocèses et le retour d’une très grande partie des traditionnalistes dans le giron de l’Eglise. Seuls cinq évêchés résistent encore, sous la pression de curés plus en rupture qu’ailleurs avec la tradition de l’Eglise. Doit-on s’étonner que parmi eux on trouve  l’évêché « en sursis » de Mende et l’évêché voisin de Viviers, où les vocations se sont effondrées et dont l’ancien Grand Séminaire de Viviers n’est guère plus qu’un grand vaisseau fantôme ?”

21 comments

  1. gravierlinam

    autre raison non invoquée:des chrétiens adhérents ou sympathisants du Front National, lassés de se faire
    réprimander et même insultés pour cause d’appartenance à un parti inavouable, alors qu’il était le seul où
    les réunions commençaient par la célébration de la Messe ont cessé de verser le denier du culte .

    • J.-P._L

      d’accord!
      Il faut que nos éminences cessent de condamner, même à mots couverts, tel ou tel parti politique, fût-il d’extrême gauche.

  2. Jean-Pierre Delmau

    Comment n’a-t-on pas senti, dès les années 70, poindre la dérive des mœurs civiles et de la liturgie, et n’a-t-on pas vu que “l’enfouissement” menait à la disparition ? Qui donc peut être attiré par ce qu’on ne voit plus ?

  3. LB

    le remède à la crise catholique c’est d’être vraiment catholique.
    Mais si un nombre croissant de laïcs le croient, un pourcentage terrible de prêtres pensent le contraire….

    • J.-P._L

      Personne ne peut être attiré par ce qui se cache.
      Une lampe n’est pas faite pour être mise sous le boisseau mais sur le lampadaire.
      Le sel qui ne sale plus est bon à être jeté dehors et foulé aux pieds.
      Que votre non soit un non et votre oui un oui.

  4. Erminig

    Manque de prêtres ? Mais faut-il considérer au nombre d’habitants ou au km2 ? Cette carte m’a étonnée au premier abord. Ayant connu deux situations très différentes : Levallois, diocèse de Nanterre, cinq messes par week-end dans une église quasi pleine. Population dense mais équipe paroissiale aussi. Et ça prend quasiment autant de temps de faire une messe devant 500 personnes que devant 10 personnes.
    Et le fin fond du Limousin où un seul prêtre devait faire des dizaines de km chaque jour pour aller faire les messes (ah, les messes de semaine devant cinq personnes… ) et donner les sacrements car territoire très étendu. Idem pour les quelques laïques volontaires qui eux aussi passaient leur temps sur les routes (et dépensaient des fortunes en essence et des heures de volontariat en semaine, donc situation très fragile. Le prêtre ne pouvait assurer que la moitié des enterrement pour des raisons purement logistiques. Souvent deux enterrements en même temps, chacun à un bout du département.
    Au quotidien, c’est là-bas que le manque de prêtres m’a paru le plus criant.

  5. Quimper, en difficulté financière . L’ Evéché avait bien trouvé 35.000 € + les frais pour s’ opposer au rachat de la chapelle de l’ancien hôpital psychiatrique pour que JAMAIS une messe de rite Saint Pie V ne puisse être célébrée . Ils avaient même dû emprunter la somme . En effet la vente était judiciaire, l’ Evéché a sur-enchéri pour aboutir à ses fins . Comme quoi l’ intolérance, la haine de la tradition peut vous amener … D’une façon plus générale, on peut résumer : plus de Culte, plus de denier et rappeler que les fidèles qui ont contribué à l’ édification … de tous ces monuments, de tous ces prieurés… l’ ont fait pour la Sanctification et le Culte rendu à Dieu et que l’ Evéché n’en est que le dépositaire et usager pour la propagation de la Foi

  6. Gaudete

    Cette situation est normale , depuis 1970 ,on prend les pratiquants pour des gogos, dans la majorité des cas, les prêtres et évêques ne sont plus au service des fidèles mais d’eux-mêmes, ils ne veulent pas écouter les gens de la base sauf les cireurs de pompes qui gravitent autour d’eux. Ainsi le denier du culte devient une peau de chagrin à l’image d’une liturgie et de sermons quasi infantilisants. On ne veut pas écouter Rome, on préfère suivre le monde . Dieu merci une vague de nouveaux prêtres arrive qui va submerger les soixant-huitards et ce ne sera que bénéfique. D’ailleurs là où l’évêque est vraiment à la tête du troupeau comme Mgr Barbarin, le denier du culte augmente. Il suffit de prendre exemple!

  7. Vincent Delérins

    Il faudrait aussi se questionner sur les salaires exorbitants que peuvent toucher “les petits copains”…. A l’archidiocèse de B… le comptable – recommandé par le diocèse de S qui ne pouvait plus le payer – émargerait près de 6000 e/mens ! Sans omettre les salaires monstrueux des DDEC, des DREAP, etc. Pendant ce temps là les prêtres diocésains vivent chichement et, lors d’un problème de santé ils ont bien du mal à faire face aux dépenses. Les évêques sont responsables et coupables de la grande misère de l’Eglise de France.!!!!

  8. Arnaud Markert

    Vous écrivez ” diacres permanents, des laïcs qui peuvent consacrer “. Il convient de préciser qu’un diacre (permanent ou transitoire) est un clerc et non plus un laïc.

    De plus, le diacre ne peut “consacrer”. Liturgiquement et notamment, il peut administrer le baptême, être témoin ecclésiastique des épousailles, présider des obsèques.

  9. Melmiesse

    Est-ce que le grand public connait réellement la vie des prêtres leur quotidien, leur but de vie ou ne voit-il que le prêtre membre et peut-être prisonnier d’un conseil paroissial sinon comment expliquer l’absence de vocation au milieu de nombreux chrétiens

  10. Puyg

    vous citez dans votre article le diocèse de Mgr Rey , n est ce un exemplaire suivre , il y a certes nombres de prêtres qui sont religieux , mais n est ce pas la le succès et des vocations et d’un diocèse dynamique qui d après votre carte ne semble pas voir de pb et financiers et de nombre de prêtres !
    Idem le diocèse de Bayonne de Mgr Aillet semble épargne …..

  11. Jean-François

    Une erreur s’est glissée dans votre article. Les difficultés financières que vous attribuez au diocèse de Besançon sont en fait celles du diocèse voisin de Saint Claude. L’article mis en pièce jointe le démontre. Pourriez-vous donc corriger votre étude à la lumière de ces éléments ?

    Merci d’avance

    meilleurs sentiments

  12. Pingback: L’Econome du diocèse de Quimper et Léon dément la mise sous tutelle | Riposte-catholique

  13. Pingback: Kirche heute, 2. Mai 2014 | Christliche Leidkultur

  14. emmanuel2

    Peut-on savoir quels sont les critères adoptés pour déterminer les diocèses qui manquent de prêtres ? S’agit-il du nombre de prêtres par clochers ? Du nombre de prêtres au kilomètre carré ? Du nombre de prêtres par habitants ? Du nombre de prêtres par baptisés ? Du nombre de prêtres par pratiquants ? Tient-on compte de tous les prêtres quel que soit leur âge ou leur situation physique ? De telles informations rendraient la carte plus objective !

  15. Un économe diocésain du sud

    Les informations de cet article ne sont pas exactes car elles ne prennent en compte qu’une partie de la situation. Si les difficultés sont réelles un peu partout (c’est exact), il convient surtout d’analyser les causes et de chercher les remèdes sans pour autant amputer les moyens de la première mission du diocèse : l’évangélisation. Les remèdes existent. Quand il y a des projets forts et qui permettent d’aller à l’essentiel, on trouve toujours les moyens sans pour autant mettre en péril l’équilibre financier précaire du diocèse.

    Pour assainir la situation, il faut être lucide et courageux, accepter de faire des coupes indispensables, avoir les yeux, le coeur et l’intelligence fixés résolument sur l’avenir, bref agir dans la foi en sachant reconnaître humblement ses torts, ses limites, et en s’entourant de personnes qualifiées qui ont le sens de l’Eglise. Je peux citer en exemple le diocèse de Digne qui était, il y a six ans, dans une situation dramatique. Aujourd’hui, il y a retour à l’équilibre, une capacité d’investissement, un avenir. Encore faut-il travailler dur, dans la solidarité, en expliquant les mesures draconiennes prises et surtout veiller à prendre les moyens de ne pas retomber dans errements anciens … C’est peut-être le plus dur.

  16. Pingback: Le pape suspend Mgr Le Vert | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *