Aperçu de l'archidiocèse de Montpellier

Download PDF

mLe territoire du diocèse de Montpellier est celui du département de l’Hérault. Au IVe siècle on notait l’existence de l’évêché de Béziers; aux Ve et VIe siècles l’existence des
évêchés de Maguelone, Agde et Lodève. C’est sous la domination des Wisigoths qu’a lieu en 506 le célèbre Concile d’Agde présidé par Saint Césaire d’Arles. Ce Concile est précieux
non seulement par les décisions disciplinaires prises, mais il l’est aussi par la présence de 35 évêques et des représentants de 10 autres. De tels chiffres soulignent l’existence d’un
christianisme vivant dès le VIe siècle. Au VIIIe siècle les Arabes s’établissent dans le pays. Béziers tombe en leurs mains (725). Charles Martel (737), après la victoire de Poitiers, pour éviter
leur retour détruit plusieurs villes du littoral et notamment Maguelone. Maguelone depuis au moins le VIe siècle est siège d’un évêché. Saint Fulcran (XIe siècle) évêque de
Lodève pendant 57 ans fut pour ses ouailles, le bon Pasteur. Son souvenir demeure toujours vivace. Chaque jour depuis sa mort, après l’Angélus du soir, sonne le glas de saint Fulcran pour
rappeler la mort de ce grand Evéque. Le transfert du siège de Maguelone à Montpellier (1536) porte à Maguelone un coup fatal. Montpellier voit les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle faire
étape. Au XIIIe siècle le développement universitaire à Montpellier est tel que Nicolas IV (1289) établit un Studium Generatis (droit civil et canonique, médecine, arts). Cet acte accorda à
l’université de Montpellier un rang égal aux célèbres universités de Bologne et de Paris. L’hérésie albigeoise (Cathares), au XIIIe siècle va secouer durement la région. Le
meurtre du légat du Pape, le Bienheureux Pierre de Castelnau, est le point de départ de la Croisade contre les Albigeois. Les guerres de religion entre catholiques et protestants apportent 3
siècles plus tard de nouvelles discordes. Sous la Révolution, les évêques se font remarquer : Mgr de Nicolas, évêque de Béziers, refuse d’être évêque du département de l’Hérault
et préfére l’exil ; Mgr de Saint-Simon, évêque d’Agde, meurt sur l’échafaud à Paris ; Mgr de Malide, évêque de Montpellier, meurt en exil en 1812 à Londres. Le
peuple de l’Hérault resta dans son ensemble fidèle à Rome et au clergé réfractaire.

c-copie-4Pour une population de un million d’âmes, le dioc_se compte
175 prêtres en activité pour desservir 63 paroisses. Il n’y a plus de séminaire, les vocations sont orientées vers celui de Toulouse, qui accueille des
séminaristes de 17 diocèses. On compte 6 séminaristes pour l’archidiocèse de Montpellier.

Mgr Guy Thomazeau est archevêque de Montpellier depuis octobre 2002, après avoir dirigé le diocèse de Beauvais. Il avait salué la publication du Livre noir de la culture de mort de Rémi Fontaine. Mgr Claude
Azéma
est évêque auxiliaire de Montpellier depuis août 2003.

Concernant la forme extraordinaire du rite romain, elle est célébrée tous les jours à Montpellier par un prêtre de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre et à Béziers tous les
dimanche toujours par l’ICRSP (4 prêtres de cet Institut officient dans le diocèse). La Fraternité Saint-Pie X est présente à Fabregues et à Boirargues.