27/11 : pourquoi les évêques n'ont-ils pas célébré les vêpres ?

Download PDF

Le Docteur Doublier-Villette n’est pas satisfait de la réponse des évêques au Pape :

Personne, sauf moi, analyse le fait que 500 veillées pour toute la France c’est une réponse un peu chiche pour une opération qui devait mobiliser toutes les paroisses à l’appel des évêques relayant la demande du Pape. Et personne, sauf moi, ne se demande pourquoi TOUS les évêques  n’ont pas présidé ces vêpres dans leur cathédrale. Et personne, sauf moi, ne se demande pourquoi seuls trois évêques ont répercuté dans leurs paroisses la demande de Benoît XVI.

Etre seul, cela «m’interpelle», pour employer une expression à la mode. Ai-je raté quelque chose ? Dois-je atténuer ma critique […] Mais les faits sont têtus et il faut bien reconnaître que, avec une écrasante majorité, les évêques n’ont pas retransmis la demande du Pape dans leurs paroisses ! Et quand ils présidaient une veillée, ce n’était pas toujours avec les vêpres du 1er jour de l’Avent et il y en a même eu un qui a fait complies au lieu de vêpres !

A l’étranger les vêpres de Benoît XVI eurent un succès retentissant, mais pas en France au point que la «grande presse» n’en a même pas parlé. En France il y a un adjectif pour qualifier les catholiques qui n’obéissent pas au Pape : «gallicans». Et dans le contexte (de l’imminence du vote de la loi de tous les dangers : la loi de bioéthique) toutes les paroisses auraient dû se mobiliser. Il aurait fallu un raz de marée pour que la presse et les hommes politiques ne puissent ignorer les dangers de la nouvelle loi de bioéthique. […] Pourquoi les évêques français, dans leur majorité, ont-ils désobéi au Pape ? Pourquoi n’ont-ils pas organisé ce raz de marée qui aurait interpellé les «acteurs de la politique, de l’économie et des communications sociales».

Ils ont une occasion de se rattrapper en venant massivement à la grande Marche nationale pour la vie le dimanche 23 janvier à Paris.