L'affaire du rabbin mérite réparation

Download PDF

Extrait d’un article de Jean Madiran dans Présent du samedi 27 mars :

“le président Vingt-Trois recherche des cautions et appuis extérieurs pour retrouver l’autorité morale qu’il a perdue auprès des catholiques par son scandale des obsèques de Philippe Séguin. Nous le lui répéterons publiquement
autant de fois qu’il le faudra :

Désormais, quand il parle au Souverain Pontife ou à n’importe qui, le président Vingt-Trois sait bien que son interlocuteur pense en silence à l’énorme festival de sacrilèges qu’il
a présidé le 11 janvier 2010.


Le métropolite et le pasteur ne lui ont pas suffi, mais déjà il avait programmé le recours au rabbin. Ce fut à Notre-Dame de Paris le désastre du dimanche de la Passion, le 21 mars.
Reculant devant la violence surnaturelle du chapelet, le Président dut se réfugier dans la sacristie. Je lui souhaite qu’une telle retraite, s’il l’a vécue avec humilité, lui ait été
salutaire
.


« Président », il l’est seulement de l’épiscopat français, et seulement parce que les évêques l’ont élu. La présidence d’un épiscopat n’a pas été fondée par Notre-Seigneur, elle
ne comporte aucune autorité canonique
, elle s’accompagne, selon les circonstances, d’une sorte d’autorité morale qui est fragile et passagère. Il l’a perdue, et il sait pourquoi, la
perte est datée : 11 janvier-21 mars 2010.


Mais il avait été « président », aussi, le 11 janvier 2010, puisqu’il présidait une eucharistie. On n’a entendu ni lu nulle part qu’en l’occurrence il aurait célébré le
saint sacrifice.
C’est la même chose dans les deux formulations, croyez-vous ? Mais alors comment se fait-il que tant de prêtres, aujourd’hui, se reconnaissent entre eux par l’emploi
systématique de la première et l’omission systématique de la seconde ?


Son tempérament naturel, qui est autoritaire et rageur, peut l’entraîner à de dangereuses extrémités, comme son sabotage, méthodique et implacable, des claires dispositions décrétées par
Benoît XVI pour libérer et honorer la messe traditionnelle
. Malgré tout je l’imagine, réfugié dans sa sacristie, pâle comme un somnambule, et gagné par le
repentir. Il y aura plus de joie dans le Ciel et sur la terre pour un archevêque qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf évêques se croyant justifiés par leur invocation routinière et creuse
de Vatican II. Mais le président Vingt-Trois ne peut ignorer que le repentir sans réparation serait une impasse. ”