Argentine : et maintenant, une équipe d’avortement mobile…

Download PDF
Au micro : le ministre Collia annonce la création
d’équipes volantes d’avortement.

Le ministre de la Santé de la province de Buenos Aires, en Argentine, a annoncé le 4 août lors d’une formation de l’équipe de santé de l’université de La Matanza la création d’une équipe mobile chargée de réaliser des avortements dépénalisés dans le cadre de la réglementation argentine en vigueur, fixée par la jurisprudence de la Cour suprême, partout où des femmes se heurteraient au refus des médecins objecteurs de conscience.

Les équipes déployées dans la province capitale interviendront dans les cas « controversés » d’avortement non punissable – en cas de grossesse résultant d’un viol – a indiqué le ministre Alejandro Collia, qui a également annoncé la création d’une consultation ouverte aux femmes « victimes » jusqu’à 12 semaines de gestation.

C’était la première d’une série de six formations dispensées dans des universités nationales, visant principalement les gynécologues et obstétriciens, en vue de deux objectifs affichés : « garantir » l’accès à ces avortements légaux et à réduire le nombre de morts maternelles liées à l’avortement. 

Il s’agit de mettre fin aux « controverses, aux atermoiements et aux doutes des professionnels sur le moment et la manière de pratiquer l’avortement » qui se sont fait jour malgré la confirmation par la Cour du fait qu’il n’est pas nécessaire de passer devant la justice pour obtenir un avortement dépénalisé. « En définitive, on a dressé des obstacles à l’accès aux services de santé ».

Désormais, si tous les médecins d’un hôpital sont objecteurs, l’équipe mobile se déplacera afin d’éviter de « revictimiser » la femme, en « résolvant son problème » dans l’hôpital où elle se présente pour lui éviter d’être renvoyée vers un autre établissement dans des circonstances déjà si angoissantes, a expliqué une responsable locale du Programme de santé sexuelle et de procréation responsable. Le ministre Collia a précisé de son côté qu’il n’était pas question de donner la priorité au droit de la femme ou à celui du médecin objecteur – pour des raisons « morales ou religieuses » – mais de les respecter tous les deux.

Au fait, « Universidad de La Matanza » pourrait se traduire par « université de la tuerie ». 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

Réseau Riposte catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *