Conflit entre l’abbé Guerrier de Dumast et Monseigneur Boivineau

Download PDF

Le Dauphiné du 28 décembre rapporte le conflit entre l’évêque d’Annecy de l’un de ses curés.

Le curé de la paroisse Saint-Germain-du-Lac (qui regroupe les églises de Veyrier-du-Lac, Menthon, Talloires, Bluffy, Alex et Saint-Germain), l’abbé Xavier Guerrier de Dumast est en conflit depuis près de cinq ans avec Monseigneur Boivineau, une sorte de conflit entre le curé traditionaliste et la tendance progressiste.

A la base, un autre conflit. A l’Ermitage de Saint-Germain, un centre chrétien de ressourcement spirituel situé au-dessus de Talloires, à 700 mètres d’altitude, la gestionnaire du lieu, Marie Barbieri, une laïque consacrée, est sur le point de quitter les lieux. Des paroissiens, réunis au sein de l’Association pour le rayonnement de l’Ermitage (ARE), soutiennent la gardienne. L’Ermitage de Saint-Germain est un haut lieu spirituel sur les rives du lac d’Annecy qui remonte au XIe siècle. C’est alors que Saint Germain, moine bénédictin et fondateur de l’Abbaye de Talloires a décidé de se retirer dans cette grotte pour mener une vie d’ermite fondée sur la prière, la solitude, et la pénitence. Plus tard, au XVI siècle, l’Ermitage sera marqué par un autre saint homme, Saint François de Sales, évêque de Genève qui a choisi l’Ermitage pour passer les dernières années de sa vie « avec notre plume et notre chapelet ».

L’évêque avait tenté de muter l’abbé Guerrier de Dumast ailleurs, éventuellement à Notre-Dame de la Salette. En vain. Il avait ensuite mandaté un audit sur l’Ermitage. Le rapporteur avait conclu qu’il fallait donner un nouveau statut ecclésial au centre spirituel en l’érigeant en un sanctuaire diocésain. Mais l’évêque n’avait jamais nommé de recteur. Or, le 15 septembre, le curé envoyait une lettre au président de l’ARE pour demander le départ de Marie Barbieri au plus tard le 31 décembre 2014. Avec le soutien d’un des avocats auprès de l’Officialité de Lyon, il envisageait de mener l’évêque devant la justice. Et le 23 décembre, Monseigneur Boivineau abdiquait, annonçant l’arrêt des activités actuelles de l’Ermitage et le départ de Marie Barbieri. Ce dernier a fait savoir dans une lettre datée du 23 décembre et adressée au président de l’ARE qu’il était “contraint de mettre fin, contre son gré, aux activités de l’Ermitage”.

7 comments

    • garmon

      Ce que j’ai lu ailleurs :

      > ledauphine.com > haute-savoie Mercredi 31 décembre 2014
      TALLOIRES
      “Sacré” conflit entre le curé de la paroisse et l’évêque

      préc.suiv.
      1 / 3

      Les paroissiens réunis, hier, devant l’église de l’Ermitage.

      TAGS :
      Talloires
      Haute-Savoie
      Religion et Croyance
      Catholicisme
      A la Une
      NOTEZ CET ARTICLE :
      1
      2
      3
      4
      5
      Ils ont bravé le vent et le froid pour se rendre à l’Ermitage de Saint-Germain, un centre chrétien de ressourcement spirituel situé au-dessus de Talloires, à 700 mètres d’altitude. Près de 70 paroissiens se sont retrouvés hier matin, les pieds dans la neige, devant l’église qui jouxte l’ancien presbytère. Ils étaient là pour, disaient-ils, « soutenir leur évêque et la gestionnaire du lieu, Marie Barbieri, une laïque consacrée ». Cette dernière est sur le point de quitter les lieux… chassée par le curé de la paroisse Saint-Germain-du-Lac, le père Xavier Guerrier de Dumast. Voilà près de cinq ans que le torchon brûle entre ce dernier et Monseigneur Boivineau. « Pour une question de pouvoir » disent les uns. « Sacré conflit entre un courant traditionaliste incarné par le curé et une tendance progressiste, marque distinctive du diocèse d’Annecy » disent les autres. Toujours sous couvert d’anonymat.

      Sacrifiée sur le champ de bataille
      Les paroissiens auraient bien voulu que personne n’en parle, que la presse « respecte le chagrin » des ouailles (en le taisant) et que « l’affaire ne soit pas rendue publique ». De son côté, le curé de la paroisse de Saint-Germain (qui regroupe les églises de Veyrier-du-Lac, Menthon, Talloires, Bluffy, Alex et Saint-Germain) dit aussi « n’avoir aucun conflit avec personne »… mais répond à nos questions par le biais d’un spécialiste du droit canon, un des avocats auprès de l’Officialité de Lyon, l’instance juridique de l’Église.

      Quant à l’évêque, nous avons tenté de le joindre… sans succès.

      En ce qui concerne Marie Barbieri, victime sacrifiée sur le champ de bataille, elle refuse de parler « au nom du pardon » et du « soutien indéfectible » qu’elle apporte à Monseigneur Boivineau. Et au milieu coule une rivière de non-dits, de vengeance et de haine. Et parfois même de violence verbale.

      Des paroissiens, réunis au sein de l’Association pour le rayonnement de l’Ermitage (ARE), évoquent même du harcèlement envers la gardienne. Ils soutiennent que le curé a agressé verbalement Marie Barbieri… comme il l’aurait fait avec les sœurs qui géraient l’Ermitage avant elle.

      L’ex-trésorier de l’association paroissiale a même confié avoir démissionné à cause du curé… « comme 24 autres membres depuis dix ans » a-t-il ajouté.

      Dans l’église hier matin, on se demandait encore comment un simple “curé” pouvait déstabiliser à ce point un évêque… Ce dernier a fait savoir dans une lettre datée du 23 décembre et adressée au président de l’ARE qu’il était “contraint de mettre fin, contre son gré, aux activités de l’Ermitage”. Voilà pour l’ambiance.

      La crainte d’un procès…
      Mais quel peut-être l’objet d’un tel conflit ? Nul ne le détermine précisément. Ce qui est sûr, c’est que devant l’ambiance délétère qui régnait entre l’Association pour le rayonnement de l’Ermitage (ARE) et le curé, l’évêque avait tenté de muter Xavier Guerrier de Dumast ailleurs, éventuellement à Notre-Dame de la Salette. En vain.

      Il avait ensuite mandaté un audit sur l’Ermitage. Le rapporteur avait conclu qu’il fallait donner un nouveau statut ecclésial au centre spirituel en l’érigeant en un sanctuaire diocésain. Une façon comme une autre de rétablir la paix en dissociant les deux parties. Mais l’évêque n’avait jamais nommé de recteur. Or, le 15 septembre, le curé envoyait une lettre au président de l’ARE pour demander le départ de Marie Barbieri au plus tard le 31 décembre 2014. Avec le soutien d’un des avocats auprès de l’Officialité de Lyon, il envisageait de mener l’évêque devant la justice. Et le 23 décembre, Monseigneur Boivineau abdiquait, annonçant l’arrêt des activités actuelles de l’Ermitage et le départ de Marie Barbieri. Des fidèles de ce havre de paix perturbée concluaient hier : « Finalement, ce n’est pas elle qui est dans le viseur du curé… ».

      Par Colette LANIER | Publié le 28/12/2014 à 06:05

      Le “tradi”, c’est le curé. Le Saint des Saint, c’est notre Seigneur Jésus-Christ.

  1. Damien

    Excusé pour les fautes !
    Comme vous dites; Le saint des saint, c’est notre seigneur Jésus-Christ.
    Aussi il ait Le seule JUGE.

    Quelque chose me dit que ces articles sont juste écrit pour rajouter du piments, ou du vinaigre dans la paroisse !!!
    Cela étant dit, personne n’ai aller creusé plus loin que ce qu’il voit ou ce que tous le monde peut dire de sont propre petit chef (comme moi vous me direz) 😉 en tous cas je suis d’accord pour dire que “cette article” ne devrais pas en être un. Rapporter ce que dis un partis sans avoir la version de l’autre ca c’est ètre neutre. Bas Oui!!

    Ainsi tous le monde se contenteras de la surface !!! poser vous les bonne questions;
    Pourquoi un prêtre va aller contre sont évêque !!!!? y a anguille sous roche non!!!?
    Pourquoi cette laïque consacrée ai priés de partir ? la y a Baleine sous cailloux!!!!
    Moi je dis ça je dis rien!!!!
    en tous cas toutes les version seraient bonne à entendre !!!.

    et que dieu Nous bénis 😉 et Nous donne les moyens de comprendre le pourquoi du comment!!!

    Bye Damien!

  2. Merry

    Tradi le père Xavier!!!!!!!!!!!!!!! je pense que les auteurs de l’article n’ont jamais assisté à la messe du père Xavier en question . Il n’est franchement pas à ce qu’il fait . Je trouve que cette affaire est tout
    simplement scandaleuse et pas du tout évangélique . Je plains l’évêque de tout mon âme et qu’il sache que je le soutien par la prière .Merry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *