L’Eglise ne peut pas préparer l’avenir sans considérer la vie de nos prédécesseurs

Download PDF

Message de Mgr Habert, évêque de Séez, à l’occasion de la fête de la Toussaint :

“Faire mémoire des Saints

Dans notre département, tout au long de ces mois d’été, nous avons fait mémoire. Nous avons célébré la mémoire de ceux et celles qui sont tombés il y a 70 ans pour libérer notre pays d’un joug effrayant. Les évocations nombreuses et belles furent des moments de vérité et nous en avons tous mesuré la nécessité pour le temps présent. Comment préparer l’avenir et vivre le présent sans prendre la mesure du passé ?

Pour les chrétiens, la fête de la Toussaint est aussi l’occasion de faire mémoire. Nous faisons mémoire de ceux et celles qui nous ont précédés et dont la vie est pour nous exemplaire : les saints. Qui sont les saints ? Nous les considérons souvent à partir de ces statues (parfois très belles) qui ornent nos églises. Cependant les saints ne furent pas en réalité des êtres de pierre, modèles écrasants que l’on rencontre parfois. Ils furent au contraire des êtres de chair, des vivants : des organisateurs, des défenseurs des pauvres, des entrepreneurs, des prophètes … souvent des gêneurs. Le fondement de leur action était leur foi. C’est au nom de leur foi que leur vie a été bouleversée et a bouleversé la vie de leurs contemporains.

La Toussaint : une urgence et une promesse

L’Eglise sait qu’elle ne peut pas d’elle-même préparer l’avenir et vivre le présent sans prendre le temps de considérer la vie de nos illustres prédécesseurs. C’est ce que nous allons fêter dans la joie le 1er novembre.

Le lendemain, nous continuerons de faire mémoire. Nous prierons dans la foi et l’espérance pour nos frères et sœurs défunts. Notre prière ne sera pas qu’un exercice de mémoire, elle sera aussi un acte de foi et d’espérance qu’ils sont maintenant dans la paix de Dieu. Nous prierons à cette intention.

On le voit, la fête de la Toussaint est importante pour nous chrétiens. Elle nous tourne vers l’avenir comme une promesse, celle d’une vie en Dieu ; mais elle nous invite à comprendre le présent comme une urgence pour aimer et servir Dieu et nos frères. Puissent les exemples de nos anciens nous guider et nous encourager sur ce chemin.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *