Mgr Di Falco demande de sonner le glas

Download PDF

Communiqué de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, Évêque de Gap et d’Embrun

Lors de son intervention télévisée de ce mercredi soir, le Président de la République a demandé qu’une minute de silence soit observée ce jeudi 8 janvier à midi, afin d’exprimer la sympathie de toute la nation aux familles des victimes lors de l’attentat perpétré contre le journal « Charlie Hebdo » par des barbares qui prétendent honorer Dieu en assassinant leurs semblables.

Afin d’associer à cette demande l’Église qui est dans les Hautes-Alpes ainsi que tous les hommes et femmes de bonne volonté, je demande aux prêtres de bien vouloir faire sonner le glas de toutes les églises du diocèse à midi, et à ceux qui le peuvent de se réunir dans leur église à cette même heure.

Le Christ a dit : « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait ».

Massacrer ses semblables, c’est trahir le Dieu que l’on croit servir.

12 comments

  1. Jean-Louis THES

    Il y a quelques années un groupe de laïcs de mon diocèse avait pris l’initiative de demander aux curés de sonner le glas le jour de la fête des Sains-Innocents en mémoire des millions d’enfants assassinés dans le sein maternel par avortement. A part quelques monastères et une ou deux paroisses, cette demande n’a pas été accueillie par l’Eglise locale… Il est vrai que plus de cinq cents meurtres d’enfants par jour dans les bonnes conditions sanitaires de nos hôpitaux, c’est moins spectaculaire qu’une attaque terroriste….

  2. Sami

    Ce qui est gênant, c’est qu’on sonne le glas pour l’assassinat de la liberté d’expression représentée par Charlie Hebdo.
    Que F. Hollande, Président de la République la plus médiatique du monde, demande une minute de silence pour honorer ses médias, je le comprends, mais qu’un évêque le rejoigne avec les cloches du diocèse, cela me choque.
    Car, il ne faut pas s’y tromper: ce n’est pas l’assassinat des policiers chargés de la protection de Charlie Hebdo que l’on déplore, ni celle du passant écrasé …non c’est la mort des comiques qui nous avaient souhaité bien vilainement un ” Joyeux Noël ” .
    Je comprends aussi que Mgr Di Falco ne veuille pas passer pour un intégriste mais de là à fayoter le régime qui identifie allegrement les cathos et muzz …..

  3. Xenia

    Sonner le glas ? Cela leur ferait trop plaisir. Et donc sonner le glas à chaque attentat ??? Cela va les stimuler… Monseigneur di Falco, apprenez à vivre dans plus d’anonymat. Cela s’appelle le détachement. Courage !

  4. Clofer

    Ce journal a insulté de la manière la plus vile la religion chrétienne et ses représentants … déplorer et condamner l’attentat est tout à fait normal mais on va trop loin ! Va-t-on aussi célébrer des funérailles religieuses pour ces gens qui ont volontairement insulté les chrétiens et clamé leur haine de la foi ? Qu’ils se débrouillent lorsqu’ils se présenteront au Christ, nos prières les accompagnent.
    Contrairement à l’islam, l’église n’a plus aucune réaction de défense. Prier pour ses bourreaux ne veut pas dire s’aplatir devant eux. Je croyais Monseigneur Di Falco plus pugnace. De toutes façons il se trompe, les médias continueront de le salir et de déformer ses propos.

  5. MVT

    je partage tout à fait l’avis de Jean-Louis THES;nos évêques ne voient pas plus loin que le bout de leur nez;si la même affaire avait eu lieu dans un journal d’extrème Droite,très peu de monde se serait déplacé,exprimé,…et surtout pas les évêques!!!

  6. NOILLAR

    Sonner le glas et aussi ridicule qu’instaurer un deuil national de trois jours.

    Ces assassinats, en effet d’une effroyable violence, sont à condamner et à réprimer car:

    ils concernent des êtres humains dont la seule arme était l’humour
    ils sont le révélateur en taille patron, de ce que serait une république islamique en France (censure, totalitarisme…)

    Cela dit, ils ont visé de malheureux guignols qui n’ont eu de cesse toute leur vie durant, de se moquer gratuitement de hautes valeurs humaines, notamment religieuses, c’est à dire toucher au cœur des personnes de toutes confessions.

    Cela n’excuse rien mais permet un peu de relativiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *