Véronique Fayet : “J’aimerais tellement que l’Eglise ordonne des femmes diacres.”

Download PDF

Le Secours catholique s’est choisi un nouveau chef en la personne de Véronique Fayet. Véronique Fayet est une ancienne adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. Elle a été candidate aux législatives sous l’étiquette MoDem et a soutenu François Bayrou en 2007. Elle succède à François Soulages, ancien collaborateur de Michel Rocard. Véronique Fayet s’est exprimée dans les colonnes de l’hebdomadaire La Vie. Extraits : 

J’ai été contacté en novembre dernier, alors que j’avais pris la lourde décision d’arrêter mon engagement politique et que je venais d’annoncer mon départ de la mairie de Bordeaux. […] Pour moi, il était évident qu’après la vie politique, j’allais prendre d’autres engagements. Ma terre nourricière, c’est plutôt ATD Quart Monde. Spontanément, je serais donc retournée vers cette organisation. […]

Bien qu’ayant été une proche collaboratrice d’Alain Juppé, je me situe comme une centriste. En 2007, j’ai soutenu François Bayrou pour la campagne présidentielle. Dans la foulée, je me suis présentée aux législatives à Bordeaux sous les couleurs du Modem. […]

Quel regard portez-vous sur le Secours catholique et sur son évolution récente ?

[…] Mon prédécesseur a fait un très beau travail, portant haut et fort ce discours politique. Grâce à lui, le Secours est sorti de l’assistance traditionnelle, de la distribution, de la charité à l’ancienne, pour s’engager plus avant dans la transformation sociale. […]

Quelles seront vos priorités ?

Resserrer les liens avec l’Eglise et contribuer à la transformer de l’intérieur, grâce à la dynamique Diaconia. A cet égard, le pape est pour nous un formidable allié, notamment quand il dit que les plus pauvres doivent être au cœur du cheminement de l’Eglise. C’est la première fois que j’entends un pape affirmer que la misère est une violation des droits de l’homme. Il a tout compris. Il paraît que c’est dans le discours de l’Eglise depuis longtemps, mais je n’avais jamais entendu un pape le dire avec autant de vigueur. Cela nous appelle à un travail de fond. […]

Vous êtes la première femme à présider le Secours catholique. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est un choix du Conseil d’administration qui dans ses critères voulait que ce poste soit attribué à une femme. […] Selon moi, les femmes ne sont pas à leur juste place dans l’Eglise. Elles devraient être bien plus présentes dans les postes de décision. Elles font quasiment tout sur le terrain, dans les paroisses, mais ne décident rien. Il va falloir que ça bouge. J’aimerais tellement que l’Eglise ordonne des femmes diacres. Cela me semble être une urgence. […]

Quelle doit être, selon vous, le témoignage chrétien aujourd’hui ?

J’aime beaucoup cette idée : ne parlez jamais de votre foi sans qu’on vous interpelle à ce sujet, mais vivez de telle sorte qu’on ait envie de vous poser des questions sur votre foi. Je porte une petite croix autour du cou, mais je me méfie beaucoup des bannières, notamment dans la vie politique. Pourtant, quoi qu’en disent certains militants de la laïcité, le fait d’être chrétien n’est pas réservé à la sphère privée. C’est aussi être présent dans l’espace public. […] Pour la catholique que je suis, cela ne peut se vivre que si je suis enracinée dans la prière et dans les sacrements. Je pense que l’Eglise devrait un peu plus parler des pauvres et un peu moins de morale. Certes, je suis allée manifester l’an dernier contre le mariage pour tous, par opposition à la PMA et à la GPA. D’autres questions morales comme celles ayant trait à la fin de vie sont importantes, et les chrétiens doivent prendre position. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *