Rome – Conférences pour le dixième anniversaire de Summorum Pontificum

Download PDF

Pour le dixième anniversaire du Motu Proprio Summorum Pontificum, plusieurs conférences étaient prévues à l’Angelicum, à Rome. On notera ainsi l’intervention du cardinal Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui a salué le rôle de la forme extraordinaire du rite romain. Il a estimé que l’ancienne liturgie “continuera à rajeunir l’Église”. Des propos encourageants, notamment en ce jour anniversaire de l’application des dispositions du Motu Proprio.

Mgr Pozzo, secrétaire de la commission pontificale Ecclesia Dei, a estimé que la forme extraordinaire permettait de regarder l’avenir avec espoir: elle peut grandement enrichir le nouveau rite. Elle constitue une antidote à “la créativité arbitraire”.

Plus généralement, il fallait noter le ton peu polémique et confiant des interventions, loin des polémiques mesquines et des regards moqueurs dont sont capables certains journalistes devenus subitement ultramontains. Ainsi, n’avons-nous pas lu des propositions délirantes visant à ne plus ordonner les prêtres qui auraient des problèmes avec le nouveau rite ou à interdire aux parents de suivre l’ancien rite avec leurs enfants ? Bref, la rigidité pourtant dénoncée… À l’Angelicum, on était loin de ces accusations, de ces polémiques stériles et de ces suspicions: on respire la sérénité qu’irrigue l’Usus antiquior.

Quant au cardinal Sarah, il s’est livré à un fervent plaidoyer pour les fidèles attachés à la forme extraordinaire “ne sont pas des catholiques de second rang”, “personne ne pourra confisquer cela !”

Oui: la messe traditionnelle a de l’avenir et ne cesser de progresser, non seulement quantitativement, mais aussi dans l’intérêt qu’elle suscite auprès des jeunes prêtres. Après tout, l’avenir, c’est eux !

1 comment

  1. Carolus Magnus

    Nous lisons :
    “Quant au cardinal Sarah, il s’est livré à un fervent plaidoyer pour les fidèles attachés à la forme extraordinaire “ne sont pas des catholiques de second rang”, “personne ne pourra confisquer cela !””

    Je dis: TANT MIEUX !!!
    Nous qui sommes attachés à l’ordinaire du Missel Romain que l’on veut faire passer pour “extraordinaire” ne sommes pas des catholiques de second, mais bien de PREMIER RANG rang pour une raison doctrinale toute simple que voici.

    Avant le catastrophique Concile Vatican II° (CV2) qui a vidé les églises, les séminaires et les monastères et défroqué les prêtres, le Missel Romain établi par Saint Pie V qui n’a pas introduit un novus ordo mais enroché solidement la tradition catholique romaine bâtie sur le Magistère infaillible de Pierre, telle une CONSTITUTION ECCLÉSIASTIQUE sur plus de 1900 asn, est validé IN PERPETUUM (à perpétuité) et commence par le décret fondamental “QUO PRIMUM”.

    Il y est dit que par Autorité Apostolique, quiconque se hasarderait à modifier ou à toucher ce décret, il encourrerait la vengeance des Apôtres Pierre et Paul et de Dieu Tout puissant en personne.
    Or tous ceux qui ont été fait prêtres AVANT 1969 ont prêté jurement sur ce texte et que s’ils ont embrassé sans réfléchir le novus ordo missae après CV2, ils sont PARJURES devant l’Éternel et devront en rendre compte.

    Je ne voudrais pas être dans la soutane des parjures devant Dieu lui-même !

    https://www.youtube.com/watch?v=YUkNxxsNVbw&t=274s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *