Australie : un juge justifie l’inceste au nom de la levée du tabou sur l’homosexualité

Download PDF
Le juge Garry Neilson en 2003

Un juge australien de première instance a suscité un tollé en affirmant que l’inceste pourrait bien ne plus être un tabou, si on veut bien le considérer comme relevant des relations consenties entre adultes. Le juge Garry Neilson, qui siège dans un tribunal de district du New South Wales, a fait remarquer à l’appui de ses déclarations que l’homosexualité elle aussi était jadis considérée comme criminelle et « contre nature », mais qu’elle est aujourd’hui largement acceptée.

Il a ajouté que l’inceste est aujourd’hui considérée comme un crime parce qu’il peut résulter en des malformations chez l’enfant qui naît de ce type de relations, mais que cette raison a de moins en moins de pertinence en raison de l’accès facile à la contraception et à l’avortement.

Avec de telles paroles, la boucle logique de la culture de mort est en effet bouclée…

Le magistrat, qui siège dans un tribunal de district du New South Wales, a déclaré :

« Un jury peut estimer qu’il n’y a rien de répréhensible dans les avances d’un frère vers sa sœur dès lors qu’elle a atteint la maturité sexuelle, qu’elle a eu des relations sexuelles avec d’autres homes et qu’elle est “disponible”, n’ayant pas de partenaire sexuel.

Si nous étions dans les années 1950  avec un jury de 12 hommes – ce qui aurait été invariablement le cas – ils diraient qu’il n’est pas naturel pour un homme d’être attiré par un autre homme ou pour un homme d’être attiré par un garçon. Ces choses-là ne sont plus. »

Le juge s’exprimait au cours du procès d’un homme accusé d’avoir violé sa jeune sœur. Il a plaidé coupable d’agression envers sa sœur lorsqu’elle avait 10 ou 11 ans, en 1973 ou 1974, mais non coupable pour des relations qu’il a eues avec elles en 1981, alors qu’elle avait 18 ans et lui 26.

« A ce stade-là, ils étaient tous les deux des adultes matures », a commenté le juge Garry Neilson. Il a souligné que la plaignante avait été « sexuellement éveillée, dirons-nous, par les relations qu’elle avait eues avec deux hommes et elle était devenue “libre” lorsque la deuxième relation s’était rompue. » « La seule chose qui pourrait changer est qu’ils étaient frère et sœur mais nous avons fait bien du chemin depuis les années 1950 – à l’époque la Common Law anglaise considérait que les relations sexuelles en dehors du mariage étaient illégales », a-t-il ajouté.

Au nom de la Couronne, Sally Dowling a qualifié les propos de « misogynes et totalement honteux » ; elle a demandé à une cour d’appel de nommer un autre juge. Elle a précisé que la référence à l’avortement est « particulièrement révoltante ».

 

Certes. Mais alors il faut aller au bout de la logique de vie et dire aussi que la légalité de l’avortement est particulièrement révoltante.

 

• Original de l’article ici. Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

2 comments

  1. Sylvie Houbouyan

    La morale comme l’immoralité sont à la fois des absolus et des habitudes ( habitus ) c’est à dire des conduites bonnes ou mauvaises liées à des valeurs qui les inspirent et qu’elles préservent.
    Les mauvaises habitudes finissent par devenir naturelles, et les valeurs foulées aux pieds perdent leur éclat .
    Nous venons de prendre le pli de l’homosexualité en donnant le droit aux homosexuels de fonder des familles et de donner des exemples de vie.
    Un tabou a été levé . Demain un autre le sera. Ceux qui s’indignent contre les arguments du juge sur l’inceste, s’indignent parce qu’ils en voient la justesse. Ils redoutent que le premier tabou soit rétabli ou du moins que les yeux qu’on avait réussi à fermer , ne se rouvrent .
    Mais, ils n’ont pas à s’inquiéter outre mesure pour leurs avancées, du moins dans l’immédiat. Au train où vont les choses, entre la décomposition morale de l’occident et l’incendie islamique , de Gog à Magog, Satan galope.

  2. Françoise

    C’est innommable. Je viens de signer une pétition de “Care2” contre cette abomination, qui fait écho au jugement d’un tribunal italien lequel avait annulé la condamnation d’un adulte majeur et vacciné abuseur d’une fillette de 11 ans au motif que le sentiment d’amour de cette dernière envers lui était sincère : justification de la pédophilie, cette fois au cœur de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *