Profanations du Saint-Sacrement : assez !

Download PDF

C’est un “coup de gueule” de l’abbé Guy Pagès, que l’on a pu lire, le 13 mars dernier, sur son blogue Islam & Vérité. Un “coup de gueule” qu’on ne peut que partager… Le voici.

J’en ai assez de lire des articles annonçant la profanation de nos églises (la dernière en date à ce jour) ! Assez d’apprendre que Jésus présent au tabernacle de celles-ci a été une nouvelle fois l’objet de sacrilèges ! Assez de lire les piteuses déconvenues des responsables de ces lieux, alors qu’ils sont en grande partie les responsables mêmes de ces attentats contre Jésus-Christ ! En effet, le Code de droit canonique leur fait un devoir de conserver le Saint-Sacrement dans un tabernacle « inamovible, fait d’un matériau solide non transparent et fermé de telle sorte que soit évité au maximum tout risque de profanation. » (can. 938 §3). Mais qui se soucie encore de ce que demande le Code de Droit canonique ? Une des toutes premières choses que j’ai toujours faites dans les églises dont j’ai été chargées à été de sceller un petit coffre-fort dans leur tabernacle. Qu’attendent donc nos curés pour faire la même chose et nos évêques pour le leur commander ? Sont-ils excusables de continuer à conserver Jésus-Eucharistie dans des tabernacles que n’importe quel gamin est capable de forcer ? Qui leur demandera des comptes pour leur négligence dans la conservation du « Trésor spirituel de l’Église » (Catéchisme de l’Église catholique, n° 1324), de notre Trésor ?

Je dirais encore à ce sujet que ces profanations ne m’étonnent nullement, tant elles sont prévisibles à la lumière de la Parole du Christ annonçant que le sel dénaturé est voué à être piétiné par les gens (Mt 5.13). En effet, tant que l’on continuera à donner la communion dans la main, et donc à prendre le risque de voir Jésus-Eucharistie, sous l’espèce d’une miette du pain consacré, tomber à terre et être piétiné par les fidèles eux-mêmes, il n’y a pas de raison qu’Il ne soit pas aussi piétiné par ceux qui ne Le connaissent pas ― si tant est que les autres Le connaissent encore ! Honte aux responsables de l’Église, ouvertement et obstinément désobéissants à ce que leur demande l’Église : « Que tout le monde se rappelle que la tradition séculaire est de recevoir l’Hostie dans la bouche. » (Congrégation pour le Culte divin, Notiae, mars 1999) ; « Il faut maintenir l’usage du plateau pour la communion des fidèles, afin d’éviter que la sainte Hostie, ou quelque fragment, ne tombe à terre. » (Redemptionis Sacramentum, n° 93, 2004) ! Et que l’on ne vienne pas me dire que les prêtres sont tenus de donner la communion dans la main en vertu d’un droit que les fidèles auraient de la recevoir ainsi. Je me suis déjà exprimé à ce sujet et renvoie à cet article. Ce n’est pas le monde païen qu’il faut accuser de ces sacrilèges, mais nous-mêmes ! Jusqu’à quand, hypocrites ! Refuserons-nous de nous convertir tout en prétendant prêcher la conversion aux autres ?

19 comments

  1. dudesert

    comme je l’approuve !
    j’ai été personellement extremenent choquée de lire le communiquer de mgr james de nantes réagissant a la profanation de la cathédrale où il exprimait sa “profonde tristesse ” !!!! c’est ce qu’on dit quand on a perdu son cochon d’inde mais pas quand Jesus-Hostie est profané !!!!
    Nul doute que les curés sont responsables de cette désinvolture vis a vis de Dieu, responsables donc devront en répondre devant Dieu a leur mort .
    Qu’ils ne craignent pas la colère des fideles qui s’y opposeront mais qu’ils craignent la colère de Dieu . Qu’ils rétablissent le respect inconditionnel de Jésus-Hostie . Ils ont été confirmés pour cela .

  2. “Jusqu’à quand, hypocrites ! Refuserons-nous de nous convertir tout en prétendant prêcher la conversion aux autres ?”

    félicitations pour cette prise de position limpide

    A Jonzac 17500, nous avons 2 affichages :

    1) Baptisés semeurs d’Evangile
    2) une communauté ouverte à tous, j’y crois

    Le slogan 2 n’est pas une parole d’Evangile !
    Ce manque de cohérence m’attriste et me révolte. Est-ce de l’hypocritie ou de la stupidité?

  3. c

    ” Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ” – Bossuet
    Merci au Père Pagès pour son coup de g. bien envoyé.

  4. toto

    Et quand des laïcs ou des prêtres donnant la communion dans la main mettent l’hostie par terre, ils la ramassent sans aucune précaution et la remettent dans le ciboire. Et piétinent en effet l’endroit où l’hostie est tombée.
    Dans notre société hyper-hygiéniste, c’est étonnant de voir ces pratiques (mains sales). Quand on voit les simagrées juives ou musulmanes pour les ablutions avant de manger un aliment profane, cela pose question (cela “interpelle”, pour ceux qui auraient besoin d’un vocabulaire “in”).
    Dans l’histoire, plusieurs miracles eucharistiques se sont produits devant l’incrédulité de clercs ou religieux, pour prouver la Présence Réelle. Qui en fait le récit, qui y croit?
    Le Père Pagès est parmi un petit nombre à s’en inquiéter

  5. zézé

    Alors là , merci Monsieur l’Abbé de votre coup de g. ; franchement si tous les évêques de France et de Navarre avaient votre franchise et votre détermination quant à la réception de notre Seigneur dans l’Eucharistie, la France ne serait pas tombée si bas. En effet, c’est l’exemple du Prêtre qui fait que les fidèles sont respectueux. Lorsqu’un Prêtre passe devant le Saint Tabernacle comme si La Présence de Jésus n’existait pas alors comment s’étonner de voir toutes ses allées-venues sans autre forme de respect ? La Ste Vierge Marie et St Joseph (à la lecture de certains ouvrages Marie d’Agréda par ex.) ne s’adressait à Jésus qu’avec le plus grand respect ; alors qui sommes-nous pour nous permettre de Le recevoir dans la main ? qui sommes-nous pour passer devant Lui en parlant ou en ne s’agenouillant pas ? d’ailleurs qui s’agenouille aujourd’hui à la Consécration ?

  6. Christian

    A l’origine l’hostie était recue dans les mains. C’est un retour aux sources et rien d’autre.

    Le problème n’est pas de recevoir Christ dans les mains, dans la bouche ou d’une quelconque manière que ce soit. Le problème est le manque d’état de grâce. Le refus de verite.

    Revenir a l’hostie dans la bouche ne changera rien si les chrétiens se refusent a Dieu.

    La communion consiste avant tout a accepter le fait que persone n’est a meme de recevoir Christ. C’est une grace divine. Un cadeau du ciel. C’est parceque les enfants acceptent sans mérite nécessaire et ont une confiance aveugle que Jesus nous invite a être comme eux pour accéder au Royaume des Cieux.

    Je recois Christ dans mes mains depuis toujours et continuerais ainsi. Et je ne me sens pas le moins du monde coupable de le faire. Est ce que ceux qui reçoivent Christ sur la langue sont plus saint que moi juste par le simple fait qu’ils acceptent Dieu…du bout des lèvres? La religion se limiterait-elle a des symboles ce que vous accusez?
    N’est-ce pas le Dieu vivant que l’on acceuille, notre pere céleste et non un tyran?

    Mille pardons, mais je pense que l’on ne se focalise pas sur l’essence du problème. Ce n’est pas comment une persone recoie physiquement Christ qui est pose problème. Le vrai problème a mon sens c’est comment le catéchisme est “enseigne”. Demain on peut tous change et se mettre a recevoir le corps du Christ sur la langue, si on agit ainsi parceque c’est ce que les gens font, quel bien cela apportera-t-il?

    • YVES

      Christian,
      L’un n’empêche pas l’autre! Un respect n’empêche pas l’autre.
      Si l’on doit d’abord respecter le Christ dans notre cœur en état de grâce pour le recevoir dignement cela n’empêche pas de Le respecter en d’infinies précautions “physique” afin de ne jamais perdre de saints fragments.
      Ainsi que Jésus fit Lui même lors de la multiplication des pains, préfigurant l’eucharistie, lorsqu’il dit aux apôtres de ramasser tous les morceaux “afin que rien ne soit perdu”.

    • karr

      Il me semble ,d’après certaines lectures sur internet,que la communion dans la main n’est pas une coutume ancienne.
      Les recommandations concernant la communion dans la main étaient adressées aux ermites du desert qui ne pouvaient assister à la messe en raison de leur éloignement,ainsi que les chrétiens en périodes de persécutions afin de sauver les saintes espèces.
      En lisant une biographie de la Bse Sœur Rosalie Rendu j’ai découvert que les Filles de la Charité, demeurées à Paris au moment de la Commune de 1870 ,avaient conservé dans une cachette le ciboire et s’étaient communiées afin ,encore une fois,que les saintes espèces ne soient profanées ,les prêtres en cette période étaient pourchassés.
      Les recommandations précisant comment le Corps du Seigneur devait être reçu, (position des mains),.
      sont exclues de leur contexte,ce qui a permis de répendre une pratique nouvelle depuis des décennies dans l’Eglise.
      Le Saint Curé d’Ars disait que si l’on savait ce qu’est véritablement la Messe on en mourrait!
      Recevoir le Corps de Notre-Sauveur d’une telle manière révèle le peu d’amour véritable de Dieu et de respect envers ce divin sacrement qui mine l’Eglise et ses fidèles,souvenons-nous qu’il y a encore peu d’années l’adoration du TS-Sacrement avait pratiquement disparue,tout comme le chapelet et tant d’autres choses,je suis passé par le grand-séminaire il y a trente ans et nous n’avions jamais de temps d’adoration du St-Sacrement exposé.
      Ne soyons pas surpris de toutes ces profanations de nos églises,tant de prêtres célèbrent la messe d’une manière si peu réspéctueuse,si je n’étais pas catholique rien ne m’attirerait aux messes qui sont de plus en plus desertées!

  7. Philomène

    Ces profanations sont des sacrilèges d’inconscients qui ne savent pas bien ce qu’ils font, à part malheureusement les véritables satanistes qui peuvent le regretter plus tard.
    Qui peut salir Jésus? Qu’est-ce qui peut le salir? Rien ni personne. L’hostie est le corps du Christ pour ceux qui y croient, pour les autres, ce n’est que du pain.

  8. BOURGUIGNON

    Merci à Monsieur l’Abbé Pagés pour son article,il est certain que la communion dans la main a effacer le respect pour beaucoup le respect du à la sainte Eucharistie et il en est de méme pour la distribution de le la communion par des laics,j’ai souvent entendu des prétres demander des volontaires pour donner la communion comme on demanderait qui veut distribuer la feuille paroissiale ou faire la quéte encore que pour la quéte on prend plus de précaution !!!Toutes ces déviations ont amené une banalisation du sacrement et par la méme du respect du aux saintes espéces.

  9. Maurice

    Le saint sacrement dans des tabernacles ?
    OÙ avez-vous vu des tabernacles dans les églises pratiquant le culte reformé Vatican II ? !
    Il n’y en a pas !
    Je suis passé (passé, car à voir l’intérieur de cette église, j’en ai eu les larmes qui sont montées) dans l’église de coulommiers, elle est presque vide ! ! rien sur les murs ou presque, et que dire sur ce qui sert d’autel, alors, un tabernacle …

  10. DUMAS

    Bonjour Père PAGES,
    Merci pour ce rappel solennel à tous nos Curés, qui sont les seuls garants de l’intégrité de leur église!Je rappelle , qu’en son temps notre Pape émérite BENOIT VI avait donné des consignes strictes pour que l’on revienne à la communion sur les lèvres ( comme cela existait de tout temps dans l’Eglise!!!); il est vrai que l’Eglise de FRANCE se distingue toujours par sa désobéissance à ROME. C’est aussi aux Catholiques laïques de se mobiliser pour faire cesser ces profanations et sacrilèges!
    Que DIEU protège notre pazuvre FRANCE.
    Hervé

  11. gaudet

    En effet la recrudescence fort angoissante des multiples profanations , exige la prise de mesures draconiennes immédiates, dont la nécessité d’enfermer le saint sacrement dans un coffre d’acier absolument hermétique, le protégeant contre toute agression extérieure. Cette mesure devrait être appliquée dans l’ensemble des églises

    Cependant , et au vue des multiples dégradations dont les églises sont désormais victimes, je pense qu’il faut aller encore plus loin, et sécuriser au maximum les portes d’entrée des églises, afin d’en protéger aussi le mobilier et les différents objets de culte. L’ouverture de l’église , sera limitée à des périodes bien définies, bien sur pour chaque messe, .

    Nous étions habitués à voir les églises ouvertes à tous en permanence pour permettre aux fidèles de venir se recueillir.Mais je pense qu’i est hélas nécessaire de mettre un terme à cette habitude séculaire, tellement le nombre d’agressions se trouve désormais trop élevé !

    Quant à la question de la communion sur la langue ou dans la main, je reconnais ici bien volontiers ma complète ignorance, et l’immense indignité de ma personne de pauvre pécheur pitoyable, m’empêche de formuler une appréciation , évidemment à la hauteur des plus grands saints, que je ne serai hélas jamais !

  12. BRUNIER Jean-Marie

    Les profanations diverses et variées de nos lieux de culte ne sont pas tant le problème d’un changement rituel, bien que la communion « à la main » écorne le sacré. C’est avant tout la résultante des attaques répétées des chrétiens de France par des groupuscules subventionnés par nos politiciens à la solde de l’internationale progressiste et mondialiste (Question : Qui finance les Femen ? – Réponse : l’allemand Helmut Geier, l’allemande Beate Schober et l’américain Jed Sunden) ! Rappelez-vous cet ectoplasme de Peillon et sa violente diatribe contre les chrétiens quand il présentait son torchon à la presse : «La révolution française n’est pas terminée ». Ce ministre affirmait : « […] on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec le Catholicisme […]on a laissé le moral et le spirituel à l’Eglise catholique. Donc il faut remplacer ça on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. Mais comme on ne peut acclimater le Protestantisme en France.., il faut inventer une religion Républicaine […] ». Ainsi si les chrétiens sont violemment attaqués dans ce pays, c’est parce qu’ils sont incapables de se défendre ! Que l’on profane une mosquée ou une synagogue et vous verrez la levée de boucliers de nos politiques, de nos médias et des institutions et associations « droitdel’hommistes » à caractère cultuel…eux, on ne vient pas les emmerder !

  13. Françoise Authosserre

    Jésus a dit aux apôtres lors de son dernier repas en leur présentant le pain qu’il avait béni et rompu : “PRENEZ et mangez, ceci est mon Corps”. Si l’on prend, c’est avec les mains. S’adressait-il uniquement aux apôtres et futurs prêtres, qui seuls auraient eu le droit de prendre son Corps dans leurs mains avant de le manger et de le distribuer, et pas aux fidèles ? J’aimerais comprendre. Si Monsieur Hamiche ou quelqu’un d’autre pouvait m’éclairer à ce sujet, je l’en remercie par avance.

    • zézé

      Monsieur l’Abbé Pagès vous répondra sûrement mieux que moi, mais si dans les années et siècles qui ont suivi la “communion dans la main” donnée par les Apôtres, elle a été supprimée c’est par, d’abord et avant tout, la propreté ; car les mains pour recevoir le Corps du Christ doivent être propres: lavées. Et comme la propreté n’a pas toujours été l’apanage des humains les Papes ont considéré que pour recevoir Jésus dans l’Eucharistie, il était beaucoup plus respectueux de Le recevoir sur les lèvres. Ensuite, il est quand même toujours pour le respect dû à la grandeur de Jésus Le recevoir à genoux – “car tout genou doit fléchir, au Ciel, sur la terre et dans l’Enfer”, comme à la prononciation de Son nom. Mais, il est vrai que vu mon âge j’ai connu dans mon enfance et ma jeune vie d’adulte, ces formes de respect dues au Saint Nom de Jésus. De plus, n’allant qu’aux Messes St Pie V je continue de vivre ces moments merveilleux où l’on ressent vraiment la Présence de Jésus. Car pour avoir assisté aux Messes conciliaires, je me suis hélas aperçue du peu de respect lors de la Sainte Communion par certaines personnes : à savoir, les mains dans les poches, repartir avec la Ste Hostie dans les mains en rejoignant sa place et j’en passe, comme de discuter dans les “rangs” pour s’approcher de la Ste Table… Alors oui, la Présence de Jésus étant réelle, je me dois de faire comme cette femme de l’Evangile, m’approcher avec le plus d’humilité possible pour toucher le bas de la robe de Jésus car je ne suis pas digne de Le recevoir.
      Je ne dis pas non plus, que le fait de recevoir Jésus dans les mains par certaines personnes, qu’elles ne le font pas respectueusement, mais se rendre compte que c’est LUI que je reçois, m’oblige à une Adoration de Sa Personne.
      De plus à la lecture de certains livres saints, la Ste Vierge Marie et Saint Joseph avaient une Adoration permanente envers LEUR SAINT JESUS, à la Sallette aussi la Ste Vierge a dit à Mélanie avec reproche et tristesse que son Fils était souvent reçu sans respect – et nous, si nous voulons leur ressembler c’est avec cette Adoration à genoux et sur les lèvres que nous devons LE recevoir – Quant aux profanations du Saint Tabernacle c’est la résultante d’un manque profond de respect de la part des Prêtres qui devraient eux nous montrer le bon exemple. Car le Prêtre de par son ordination a la mains consacrées, et nous pas. Jésus réside dans le Saint Tabernacle c’est endroit est SACRE ET IL Y A VRAIMENT JESUS QUI EST LA, PRESENT. Ce n’est pas à nous humains de trouver cela “ringard” ou pas, ce n’est pas à DIEU de se mettre à notre portée, mais à nous !

    • YVES

      Les apôtres face à Jésus et enseigné et formé par lui étaient forcément dignes de prendre son corps avec les mains.
      Sans doute que l’Eglise en est venue à faire communier sur la langue pour endiguer certaines négligences et laissés-allés de certains fidèles.
      Certainement aussi pour empêcher d’emporter des hosties consacrées pour d’éventuelles profanations volontaires, messe noires etc…

  14. rocheteau

    oui je pense avec Monsieur l’Abbé Pagès que l’habitude de la communion dans la main a favorisé la désacralisation de l’Hostie Consacrée, dans laquelle on ne voit plus le divin Corps de Notre Seigneur, présent ici avec toute son humanité et sa divinité. d’ailleurs si la communion dans la main avait été abandonnée autrefois en faveur de la communion sur la langue il y avait bien une raison, un vrai danger pour la foi…. nous sommes donc si forts si intelligents nous chrétiens d’après Vatican II ! quel orgueil !
    aujourd’hui que voyons-nous dans nos églises : un tabernacle mis dans un coin de l’église quand ce n’est pas dans la pièce à côté…. un tabernacle devant lequel tout le monde passe (même les prêtres) sans faire le moindre signe de respect ou de recueillement, surtout pas une génuflexion… pourtant Il est là ! Il est là ! nous répétait le saint curé d’Ars, bien matériellement comme le Seigneur Jésus l’a voulu pour nous, pour que nous ayons jusqu’au bout sa sainte présence…
    oui nous en avons assez de toutes ces profanations sacrilèges… mais commençons, nous Catholiques, à l’adorer, à le respecter, à l’aimer dans son Saint sacrement

  15. A Françoise Authosserre :

    Pour répondre à votre question, permettez-moi de vous renvoyer à l’article que j’ai indiqué celui-ci, où j’ai écris :

    “…pour justifier que les fidèles prennent eux-mêmes l’hostie dans la main, certains ― et même des prêtres ! ― avancent que Jésus lors de l’institution de l’Eucharistie a commandé : « Prenez, ceci est mon corps. » (Mc 14.22). « Prenez ! ». Le mot grec λαμβανετε que nous traduisons par Prenez a le double sens de “prendre” et de “recevoir”, en sorte qu’il exprime de façon étonnanmment efficace notre problématique, à savoir qu’avec ce seul mot Jésus dit aux Apôtres de prendre et aux fidèles de recevoir. Il ne faut pas oublier qu’à ce moment-là Jésus S’adressait alors, et seulement, à ses Apôtres, et qu’en ajoutant « Faites cela en mémoire de Moi. » (Lc 22.19), Il instituait le sacrement de l’Eucharistie et celui du sacerdoce ministériel, que tous les fidèles ne reçoivent pas. Fussent-ils prêtres, ceux donc qui avancent cette citation biblique pour justifier le fait que les fidèles pourraient prendre eux-mêmes le Corps du Christ, nient tout simplement nient l’identité du prêtre… La consécration des mains du prêtre et, il n’y a pas si longtemps, celles de la patène et du calice, et jusqu’à celle du corporal, manifestaient le respect du peuple chrétien pour le Corps de Dieu. Quel est aujourd’hui notre respect pour « le Pain vivant descendu du Ciel » (Jn 6.50) ?

    La seule chose qui doit importer au fidèle au moment si solennel de la communion au Corps du Christ, « source et sommet de son existence », est de recevoir (non de prendre) Dieu avec tout l’amour, la foi, la joie, l’espérance, la reconnaissance et l’humilité dont il est capable. Et comment mieux exprimer ces dispositions que sur la langue et à genoux ? En effet, recevoir le Corps de Dieu sur la langue exprime de façon évidente que ce Pain n’est pas un pain ordinaire, et que d’autre part ce Pain se reçoit mais ne se prend pas. Ainsi est exprimé ce qui doit être vécu : entrer en communion avec Dieu suppose de redevenir comme de petits enfants (Mt 18.3) : pas plus qu’un petit enfant ne se nourrit lui-même, personne ne peut se donner à lui-même la vie !”

    http://www.islam-et-verite.com/blog/liturgie/la-responsabilite-du-pretre-dans-la-distribution-de-l-eucharistie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *