Dans La Nef, Mgr Gherardini fait toujours débat

Download PDF

Dans son courrier des lecteurs de son numéro de janvier, La Nef publie un échange très éclairant sur l’incompréhension qui existe dans le débat Mgr Gherardini/Père Valuet. Dans son courrier, l’abbé Claude Prieur dit le malaise qu’il a ressenti à la lecture de l’analyse de l’article du Père Basile sur le livre de Mgr Gherardini :

Est-ce débattre que de conclure à partir de tant de contre-vérités assénées comme des évidences, qui plus est s’adressant à ce prélat nourri de science et d’expérience comme on le ferait du maître à l’élève ?

La question est posée par l’abbé Prieur. Plus que le fond, il évoque ici la forme, notamment, je suppose, celle de la version longue, qui ne fut pas publiée dans La Nef mais sur le site de la revue.

Il aborde aussi le fond, à savoir le magistère, et c’est me semble-t-il, la vraie question. Que dit l’abbé Prieur dans l’extrait publié par La Nef (qui indique par des crochets que la lettre n’est pas publiée dans son intégralité) :

Le P. Basile, par ailleurs et si l’on va au fond des choses, inverse les fruits du magistère. Erreur introuvable chez Mgr Gherardini pour qui le magistère reste un instrument au service d’une fin : le service de la vérité – qui est le Christ – et ce qui s’y rapporte, tout entière contenue dans la Révélation, la Tradition et leur permanente actualité.

Plus loin, l’abbé Prieur ajoute :

Si on relit attentivement le P. Basile pour dégager sa propre clé de lecture, à travers un fatras d’affirmations péremptoires, le Magistère trouve sa fin en lui-même comme fonction. Il suffira alors d’en être convaincu pour aligner sa foi et sa conduite sur ce baromètre toujours intangible sous peine d’être voué à la disqualification éternelle.

Cela dit, l’abbé Prieur termine par cette conclusion :

La question est de savoir si la magistère dans sa fonction, ses multiples degrés et points d’application, peut ou non manquer à sa mission, y déroger d’une quelconque façon, faire preuve d’un abus d’autorité.

Dans ce débat, qui aurait mérité autre chose que le cadre du courrier des lecteurs, La Nef répond assez brusquement. Pour être plus clair, le cœur de sa réponse – qui rappelle qu’il revient au seul magistère de donner « l’interprétation de la Vérité léguée par le Christ » – est encadré par deux passages qui montrent la difficulté d’entamer un débat. Dans la conclusion de sa réponse, La Nef assimile l’abbé Prieur aux réflexes protestants :

Votre position se rapproche de celle des protestants qui s’estiment interprètes de la Parole de Dieu.

On ne voit pas tellement en quoi l’abbé Prieur se ferait plus l’interprète du magistère que le Père Basile. L’un et l’autre s’en font les commentateurs et l’on peut évidemment penser que l’un interprète à raison quand l’autre se trompe.

Mais le premier élément de la réponse est très révélatrice de la pensée en action ici. La Nef écrit, en effet, ceci :

Vous reprochez au P. Basile de suivre le magistère.

L’abbé Prieur, du moins dans les extraits publiés, ne reproche pas au P. Basile de suivre le magistère. Il lui reproche de  transformer le magistère en une sorte d’organe suspendu, déconnecté de toute finalité, une sorte « d’en soi ». Le Père Basile s’appuie sur son interprétation du magistère pour juger du livre de Mgr Gherardini, mais il s’agit de sa propre interprétation. Elle est peut-être meilleure que celle de l’abbé Prieur ou de Mgr Gherardini mais critiquer le Père Basile n’est pas assimilable à l’idée qu’on lui reprocherait de suivre le magistère. « Les simples théologiens » comme l’écrit La Nef « peuvent seulement aider à clarifier et à discerner ce qui, dans un document donné, relève du Magistère direct ».

En parlant de simples théologiens La Nef pense ici certainement au Père Basile. Quand au fond de la question, vraiment difficile pour un cœur catholique, La Nef n’y répond pas vraiment : le magistère, ou plus exactement ceux qui en ont la charge, « peut-il ou non manquer à sa mission, y déroger d’une quelconque façon, faire preuve d’un abus d’autorité » ou se contredire ? En termes plus grossiers, y a-t-il eu ces dernières décennies une crise doctrinale et liturgique dans l’Église ? Celle-ci est-elle terminée ?

4 comments

  1. gérard fauche

    Où avez-vous vu que j’affirme que le Père Basile est assisté par le St Esprit pour ne pas (jamais) erré dans la lecture ou l’interprétation du magistère ?
    Permettez-moi de souligner votre mauvaise foi ou à tout le moins le procès que vous me faites !
    Ce qu’il faut penser comme étant de foi catholique c’est que le Magistère ne se trompe pas et qu’il n’a pas à être jugé par un fidèle (quel qu’il soit) !
    Merci d’arrêter de tordre ou de caricaturer la pensée de votre contradicteur afin de mieux la détruire !

    [Est-ce que juste un instant vous pouvez arriver à imaginer que l’on peut ne pas être de votre avis sans être malhonnête,ou protestant, ou intégriste, ou… Je pensais évidemment que vous comprendriez que vos propos laissaient à penser que pour vous le Père Basile est assisté du Saint-Esprit en permanence et non pas que vous l’aviez écrit. Pouvez-vous comprendre juste un instant que je ne vous fais pas un procès ? Il se trouve que comme La Nef a dû couper dans la lettre de l’abbé Prieur, j’ai préféré ne donner que quelques extraits de la réponse de La Nef. Il me semble que si quelqu’un doit réagir, c’est Christophe Geffroy et non vous, sans parler qu’en droit de la presse il n’est pas autorisé de reproduire l’intégralité d’un texte sans l’autorisation de son auteur. Pouvez-vous comprendre que vous êtes sur mon blog et non sur le vôtre et que plusieurs posts de suite sur le même sujet, pour toujours enfoncer le même clou, finissent par faire beaucoup ? Personnellement, je suis très admiratif de la mécanique intellectuelle du Père Basile et je reconnais sans aucun problème qu’il faut prendre en compte son avis et le lire pour aborder les questions litigieuses. Mais je n’en fais pas la référence absolue et la seule à prendre en compte ni celle qui a toujours raison. Permettez-moi de le discuter ou de questionner sans m’accuser de vouloir détruire mon contradicteur, de le caricaturer ou de lui faire un procès. Vous n’êtes pas obligé de venir sur ce blog et si cela conduit à perdre votre sérénité le mieux est d’aller en visiter d’autres. Je vous rappelle aussi que avant même d’avoir pu valider votre tout premier post, vous m’aviez envoyé un courrier électronique pour vous plaindre d’une éventuelle censure. Il n’y a pas eu de censure, mais une certaine mesure dans l’envoi de vos posts – ce blog n’est pas là pour servir de défouloir – serait la bienvenue. Il est clair que si j’accepte la contradiction, je n’accepte pas les insultes chez moi. Je ne reviendrais pas sur ce sujet et j’entends que l’affaire se termine là].

  2. gérard fauche

    Enfin, j’ai pris le temps de reproduire toute la réponse de La Nef à l’objection de l’abbé Prieur. Il me semble que la publier sur votre blog serait une belle preuve d’honnêteté intellectuelle ! Merci pour vos lecteurs.

  3. Kris Vancauwenberghe

    Gérard, ne vous fatiguez pas comme cela. Dans vingt ans, on nous fera un joli papier disant que Vatican II est faculatif. On l’a déjà fait en 2007 pour sa lex orandi. La lex credendi suivra. Ou plutôt, on reconnaîtra que ce n’est pas une lex credendi, de la même façon qu’il a été dit par SP que sa liturgie n’est pas une lex orandi.

  4. senex

    “Il est de foi catholique que le Magistère ne se trompe pas,et qu’il n’a pas à être jugé par un fidèle (quel qu’il soit)”Cher GF ,dans quel Credo,proclamation des vérités de la foi catholique, avez vous trouvé cette affirmation?
    En attendant ,je souhaite garder ma Foi,sans une ombre de “protestantisme” et garder la liberté de discernement concernant certains ukases d’un incertain magistère et en rester aux conclusions de Vatican I concernant les papes légitimement élus et encore sous certaines conditions.Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *