Cupich : il y a des choses plus importantes que les abus sexuels (bis)

Download PDF

Le cardinal Cupich, archevêque de Chicago, lors d’un entretien avec la chaîne CBS le 28 août dernier avait déclaré que le pape avait mieux à faire qu’à répondre aux questions de Vigano. J’avais signalé cette effrayante réponse ici le 30 août. Le cardinal Cupich s’était ultérieurement plaint que le montage par CBS de ses propos, en avait altéré le sens et que ce qu’on lui avait entendu dire n’était pas ce qu’il avait dit… J’ai bien fait de garder cela sous le coude et de sursoir à une mise à jour de mon papier. Voici, en effet, ce que nous venons d’apprendre du quotidien  Chicago Sun Times dans sa livraison du 10 septembre.

Le cardinal est allé à la rencontre des quelque 200 séminaristes du séminaire de Mundelein qui fait partie de l’université catholique de Sainte-Marie-du-Lac (en anglais University of Saint Mary of the Lake), le 29 août. Il n’y prêcha pas une retraite, mais eut de nombreux échanges avec eux encore sous le coup des révélations rapport du grand jury de Pennsylvanie (14 août) et de celles du témoignage de l’archevêque Vigano (25 août). Selon des témoignages accordés sous couvert d’anonymat – on le comprend ! – et recueillis par le Chicago Sun Times, un séminariste déclara à Cupich : « Je suis blessé, je n’arrive pas à dormir, je suis écœuré ». Le séminariste dit au cardinal qu’il était un petit garçon quand éclata l’affaire de Boston en 2001 et qu’il croyait que, depuis, « les évêques avait fait leur boulot ». Cupich remercia le séminariste et avoua que la situation l’écœurait aussi. Mais, quelques minutes plus tard, il déclara : « Moi je me sens tout à fait en paix actuellement. Je dors très bien ». Les séminaristes n’en crurent pas leurs oreilles et plusieurs secouèrent leurs têtes en exprimant leur incrédulité. Puis Cupich dit aux jeunes rassemblés que certes le « programme » de l’Église veillait à protéger les enfants de tout mal, mais que « [son programme] contenait des choses plus importantes que toutes ces choses qui nous distraient [de ce qui est plus important, comme l’aide aux sans-abri et aux malades] ». Le service de communication de l’archevêché de Chicago n’a pas jugé utile de commenter autrement que par un laconique : « Le cardinal a parlé en son nom propre et les séminaristes en leur nom propre ».

Conclusion : le cardinal a dit la même chose à CBS le 28 août et aux séminaristes le 29… Fermez le ban !

15 comments

    • …Nommé par le Pape François sur les aimables recommandations de l’ex-cardinal pédophile homosexuel Mc Carrick.
      Il a oublié de citer la lutte contre le prétendu réchauffement climatique parmi les marottes qui préoccupent au premier chef notre Souverain Pontife.
      Que des milliers d’enfants aient été traumatisés par ces prédateurs (au point que certains se sont suicidés) que des centaines (milliers?) de jeunes gens qui se destinaient à la prêtrise aient vu leur vocation brisée, aient perdu la foi ou soient eux-mêmes devenus d’ignobles prêtres pédérastes à l’image de ceux qui les ont mis dans cette ornière, ne semble pas troubler le moins ce cardinal au point qu’on se demande s’il n’appartient pas lui aussi à la confrérie.

      • Pierre Damien

        Ce curieux cardinal choisi en effet par le pape François est mis en avant par lui dès les 2 Synodes a un passé. Il a été évêque de Spokane, un diocèse ravagé et ruiné par les scandales sexuels étouffés par ses prédécesseurs. Sa désignation pour le très prestigieux siège de Chicago n’étonne pas les modernistes les plus affichés ainsi une moderniste de Spokane explique en 2014 : “Spokane Catholic Mary Wissink said Cupich is progressive Catholic and she’s pleased with the pope’s decision.“His appointment is a bold move that shows Pope Francis’ commitment to reform the Catholic Chuch and work to modernize the church,” she said. (Spokanefavnews). “Moderniser” au sens de l’hérésie moderniste évidemment et on a vu depuis. Le SNAP en 2014 avait énoncé toutes les insuffisances de l’évêque dans la lutte contre les prédateurs qui infestaient son petit diocèse (http://www.snapnetwork.org/wa_spokanebishopsuspends). Mais Rome ne s’intéresse pas à cela plutôt aux choses “essentielles” comme le plastique à la surface des océans et soutenir la campagne des Clinton. L’éditorialiste Ross Douthat l’a bien dit : le pape a choisi, sans vergogne aucune, de soutenir mordicus les prélats qui soutiennent sa ligne de révolution moderniste de l’Église. Il l’a fait pendant 5 ans avec McCarrick, il le fait au grand jour avec Wuerl pourtant couvert d’opprobre, il l’a fait avec l’évêque chilien Barros, en attendant les autres. Mais Notre-Dame de la Salette a laissé la main de son Fils s’appesantir à travers la justice américaine. Le châtiment est en route : plus le silence romain (et des thuriféraires) et les pitoyables manoeuvres de diversion se poursuivront, plus rude sera la sanction.

  1. Luc 17
    “Jésus dit à ses disciples: Il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent ! Il vaudrait mieux pour lui qu’on mît à son cou une pierre de moulin et qu’on le jetât dans la mer, que s’il scandalisait un de ces petits.…”
    J’espère que ces cardinaux connaissent ces paroles de Jésus, ou alors ils font mine de les ignorer, tellement ils semblent avoir perdu la foi.

  2. copyright

    L’article entier est intéressant. Entre autres choses, Cupich pense, comme le pape, que c’est aux média de mener l’enquête sur ce que Vigano a mentionné (pas à l’Eglise). Plus loin, on voit par contre que Cupich soutient l’idée que Vigano doit paraître devant un tribunal écclésiastique..

    Que les média enquêtent également pourquoi pas, mais dire que l’Eglise ne regardera pas les accusations de Vigano est scandaleux. La moindre des choses c’est de faire une enquête interne et ensuite de donner les résultats à la presse (qui de son coté peut aussi chercher). Le Vatican a quand même accès a beaucoup de choses qui sont secrètes et que les journalistes ne découvriront pas, ou en tout cas mettront beaucoup de temps. Pourquoi ne pas faire nous même le boulot pour nettoyer cette Eglise plutôt que d’attendre (et espérer que la vérité ne soit pas faite?). Ils vont rester les bras croisés sur toutes ces horreurs de réseaux gays (entre autre) et par contre ils vont essayer de punir Vigano..Ce n’est pas une réaction de gens qui veulent que la vérité soit faite, mais une réaction de coupables.
    Seigneur, prend pitié et donne un grand coup de balais!

  3. Parahy

    Revenons à l’évangile celui que nous a laissé Notre Seigneur : “Malheur à celui par qui le scandale arrive, il eût mieux valu pour lui qu’il ne naquit pas , car il aura la pierre autour du coup avant d’être jeté dans la rivière…” Le nombre est en augmentation mais l’omerta subsiste.

  4. Hervé Soulié

    Quel sinistre archevêque que ce Cupich….
    Et de quelles sinistres créatures semblables le pape Bergoglio va-t-il peupler le prochain conclave….
    Je crois que j’aurais moins redouté le pape Alexandre VI que l’actuel occupant du siège apostolique, c’est dire…
    Qui nous libèrera ce tout ceci ?
    La prière. La prière pour la libération.

  5. lafon

    De deux choses l’une
    – ou il n’a jamais vu à quel point des vies peuvent être brisées et des relations à l’église réduites en cendre
    – ou il fait partie de la confrérie

  6. Henri

    Le plus stupéfiant de tout, c’est de voir qu’ à d’éminentes mais rares exceptions, la quasi-totalité de nos évêques et de nos prêtres y compris en France, au mieux restent silencieux devant cette présence du mensonge au sommet de l’Eglise, et parfois vont jusqu’à la soutenir.

    C’est de leur part, c’est à dire donc de la part de presque tous les évêques et tous les prêtres, gravement irresponsable et gravement malhonnête.

    Certes, cela ne doit pas conduire à perdre la foi, car on sait bien que ce se sont des hommes avec leur faiblesses. Mais cela montre que l’ Eglise est une structure de péché au sens que Saint Jean-Paul II a donné à cette expression, et cela crée pour nous autres fidèles un devoir de réagir avec une totale fermeté, en clamant haut et fort que le mensonge au sommet de l’Eglise n’est pas acceptable et que la tolérance manifestée vis-à-vis du mensonge au sommet de l’Eglis par la quasi-totalité des évêques et des prêtres ne l’est pas davantage.

  7. un lecteur catholique traditionnel décidé à le rester !

    le pape bergoglio se veut le curé du monde entier. En réalité il n’est parvenu qu’à être le bedeau du monde entier. Lorsqu’on nomme de pareil conseillers et princes, on démérite grandement de sa charge.

    Benoît XVI est plus pape que lui. cette histoire de mafia lavande, rose ou tout ce que vous voudrez est une ignominie, et il est impossible de laisser cela de côté, car si le pape dans ses prérogatives ne peut être jugé par personne, un mauvais gérant, oui ! Ce n’est ici en réalité, ni une question de magistère ordinaire, ni une question de magistère extraordinaire, mais le cautionnement tacite d’une série de crimes interminables, tout à la fois féroces et cruels, dont l’Église dans sa sainteté et sa catholicité n’est ni le commanditaire, ni la coupable.

    ces gens se sont coupés eux-même du cep, qu’on les rejette, comme l’enseigne le grand Saint Paul, ou qu’il fasse amende honorable et renonce à une autorité qu’ils ont bafoué. dans cette dernière perspective les déplacer ou les mettre dans un couvent n’est pas suffisant, ce qu’il faut c’est préserver les innocents et les bons de leur perversité, ces forfaits sont publics et touchent la société, ils doivent en plus des peines et châtiments ecclésiastiques, être publique châtiés et payer autant que faire se peut, pour les atteintes et blessures qu’ils ont perpétrés contre la société et contre les personnes qu’il ont subornés, perverties, ou psychologiquement et physiquement torturés.

    ces princes de l’église sont la honte des institutions qu’ils ont trahit et ces prêtres infâmes doivent être réduit le plus tôt à l’état laïc et excommunié pour le salut des âmes et des institutions religieuses qu’ils ont attaqué et jamais hésité à malmener ou détruire.

    ce de ces princes qui ne sont coupables de rien de semblables, ne peuvent se taire désormais, car ne pas parler, ne pas avoir cherché à le faire dans le passé, au risque de perdre son confort ou sa position, les rend ou les a rendu complices de ces crimes et de ces forfaitures.

    en réalité le collège cardinalice devrait lui-même se dissoudre ou si cela est impossible, ce qui reste à démontrer, les meilleurs devraient d’eux-même renoncer à participer à cette gabegie et renonçant à leur charge. pour qu’une chose aussi laide qu’une internationale du crime sexuel ait réussi à prospérer dans les rangs des ecclésiastiques, il faut que tous les conseiller du pape (?) soient mauvais, comme l’enseigne la sagesse bible à propos du prince.

    tout cela est allé trop loin, et les palinodies, les révolutions de palais, les duperies de couloirs de nonciatures, de salle de presse ou de dicastères, ne feront désormais que rendre plus implacable et unanime la révolte, la colère et la consternation à l’endroit de ces gens qui se moque et de la nature, et de la vie surnaturelle.

    le scandale est là, énorme. massif, incontournable.

    catholique, je ne suis pas uni à ces malfaiteurs, ces malfaisants, ces pervers et corrupteurs, et je les rejette et encourage tous les catholiques, tous les baptisées, à publier ce rejet qui du fond des entrailles, est l’expression d’un rejet, d’un anathème de toutes les façons universel et intemporel.

    dehors, oui ! dehors !!

    tous les voleurs de l’innocence et tous les artisans d’iniquités ! vous n’avez droit à rien, et pour l’amour de ce qui reste de vous malgré l’empire des ténèbres qui vous chérissez, sortez ! car c’est votre châtiment et votre unique chance de ne pas connaître le sort de la Pentapôle, d’Abihram et de Dâtan !

    vous ne méritez ni considération, ni salutation, votre vue même nous est à charge, puisque vous vous êtes constitués pas vos actes ennemis, de la cité sainte, et de la nature de l’homme.

  8. Michel

    Honte, trois fois honte, mille fois honte à cette déraison, à ce mensonge, à cette crapulerie au sommet de la hiérarchie ecclésiale, de même que honte, trois fois honte, mille fois honte à tous ces évêques et tous ces prêtres qui , de manière tragiquement majoritaire, contribuent, par action, en affichant leur soutien, ou par omission, en demeurant silencieux, à laisser perdurer une telle aberration.

  9. Vlaminga

    Ecoeurement profond que tout cela, corruption épouvantable en haut de la pyramide.

    J’habite dans le département des Yvelines. Nous avons reçu une lettre ” pastorale” de notre évêque Eric Aumonier. Pas un mot vrai sur le scandale qui agite le sommet de L’Église. Des propos vagues en forme de regrets lénifiants , assaisonnés d’une demande de pardon dont nous sommes abreuvés ad nauseam, sans autre action tangible ni concrète. Approbation sans réserve de l’action du pape, sans aucunement se soucier de ses silences assourdissants sur les prédateurs sexuels maintenus ou nommés sous son pontificat.
    Bref, c’est l’omerta qui continue. Comprennent-ils qu’il vont assassiner l’église, définitivement? Ont-ils oublié la phrase fondatrice entre toutes : “Je suis venu pour rendre témoignage à la vérité”?

  10. Edouard

    A Hervé Soulier

    Bien d’accord avec tout ce que vous dites.

    J’y ajouterai seulement une chose Je pense qu’il faut certes prier, mais qu’aussi aussi il faut résister. En particulier en allant voir son curé pour lui dire que nous estimons être du devoir des évêques et des prêtres de rompre avec le silence sur le mensonge qui sévit de manière absolument patente au sommet de l’Eglise. S’ils ne le font pas, et malheureusement jusqu’ici, à d’éminentes mais bien rares exceptions près, ils ne le font pas, et ils se font ainsi les complices du mensonge et contribuent à sa perpétuation au sommet de l’Eglise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *