En Une

Crimes de la Commune : le 25 mai 1871, massacre des Dominicains d’Arcueil

Comments (2)
  1. Haine de l’Église, haine de la foi. Peut-être le livre de Sophie Wahnich est-il éclairant. A contrario,trahisons de Thiers,de Bazaine qui refusent de continuer le combat, capitulent sans raison, livrent le pays à l’envahisseur. Le général Louis Rossel s’oppose à la reddition, organise la lutte et sera fusillé par Thiers.De Gaulle se réfère à lui dans Le fil de l’épée. Pas une rue à son nom en France.Lire de Bertand Meheust: La nostalgie de la collaboration.

  2. Courivaud dit :

    Ne vous amusez pas à faire un amalgame entre ce que relate “la porte latine” de ces événements tragiques et cette agression qui, intervenue = quelques jours après la parution de cette relation, est le fait extrémistes qui ne sauraient même pas se réclamer de l’héritage des partisans de la Commune de Paris de 1871.
    Et puis s’il faut relater ces exécutions sommaires, sans doute nombreuses, touchant des chrétiens consacrés, n’oublions pas non plus les 15 000 morts et davantage dont plusieurs ont été exécutés par des “Versaillais” qui se disaient catholiques.
    En tout cas, il n’y a pas eu de pardon général ni demande de réconciliation pour toutes ces exactions de quelque côté que ce soit.
    Ni pour les événements de 1848-1851 (la répression s’est poursuivie dans les mois qui ont suivi les journées de juin : lisez le “journal de Delacroix), de 1815 (la “Terreur blanche”), les événements de 1792-1794 (parmi ceux-ci les guerres de Vendée, du Forez, et d’autres régions attachées au catholicisme).
    Ce serait plutôt de cet absence de pardon et de réconciliation qu’il faudrait parler, laquelle absence n’honore pas notre pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Traduire le site »